Dominique Strauss-Kahn devant sa maison de New York le 2 juillet 2011, tout juste après sa libération sur parole.
Dominique Strauss-Kahn devant sa maison de New York le 2 juillet 2011, tout juste après sa libération sur parole. - DAVID KARP/AP/SIPA

© 2011 AFP

Une forte majorité de Français ne souhaite pas que le socialiste Dominique Strauss-Kahn se présente à la présidentielle de 2012, selon deux sondages réalisés ces derniers jours, au moment où une plainte était déposée contre lui à Paris pour tentative de viol.

Toutefois, 44% des Français pensent toujours que Dominique Strauss-Kahn ferait «un bon président de la République», selon un sondage Opinionway pour Le Figaro Magazine (droite) et la chaîne LCI.

65% des Français opposés à une candidature

Parmi les candidats déclarés à l'investiture socialiste, DSK se situe derrière François Hollande - qui ferait un bon président pour 50% des sondés - mais devant la patronne du parti, Martine Aubry (41%), et Ségolène Royal (21%).

Cette enquête, réalisée en ligne les 4 et 5 juillet auprès d'un millier de personnes, montre que 65% des Français ne souhaitent pas qu'il se présente à la présidentielle (contre 35%). Chez les sympathisants socialistes, la proportion est de 55% contre 45%.

Le baromètre CSA pour le quotidien économique Les Echos, qui sera publié ce vendredi, révèle également que 62% des Français ne souhaitent pas une candidature de l'ex-patron du Fonds monétaire international à la primaire du parti socialiste, qui doit désigner son candidat à la présidentielle.

«Image durablement atteinte»

Selon cette enquête, réalisée par téléphone les 5 et 6 juillet auprès d'un millier de personnes, seuls 33% des Français souhaitent sa candidature. «Son image a été fortement et durablement atteinte» et, «dans l'opinion publique, les conditions d'un éventuel retour dans le jeu politique ne lui sont pas favorables», commente l'institut CSA.

L'hypothèse d'un retour en course de DSK, grand favori des sondages pour la présidentielle en France jusqu'à son arrestation à New York à la suite d'accusations de crimes sexuels portées par une employée d'hôtel, a resurgi après sa libération sur parole le 1er juillet. Mais la donne s'est encore compliquée en début de semaine avec le dépôt d'une plainte contre lui par une écrivaine française de 32 ans, Tristane Banon.