Une vendeuse virée après une réflexion sur Nadine Morano

B.D.

— 

Rue89 rapporte qu’une vendeuse du Printemps de Nancy (Meurthe-et-Moselle) a été licenciée pour faute grave par son employeur après avoir plaisanté sur Nadine Morano. Le 9 avril dernier, la ministre fait du shopping dans le grand magasin avec sa fille et un garde du corps. L’un des vendeurs affirme qu’il pourrait mettre ce dernier par terre sans difficulté. Albane, responsable du stand Kookaï, répond que pour se mesurer à lui il faut d'abord casser la gueule à Nadine Morano. Mauvais timing, la ministre se trouve juste derrière à ce moment-là. Elle s’énerve: «Allez-y si vous voulez me casser la gueule, je vous en prie, je suis là.» La vendeuse s’excuse alors à plusieurs reprises, mais la ministre demande un responsable. Elle laisse sa carte du ministère en disant: «Je vous préviens, je veux des suites à ce dossier», raconte Albane, qui a été licenciée pour faute grave le 27 avril. Elle a décidé d'attaquer la société Kookaï devant les prudhommes pour licenciement abusif.

A lire en détail ici.