Carla Bruni-Sarkozy lors de son passage sur le plateau du 13 Heures de TF1, le 16 mai 2011.
Carla Bruni-Sarkozy lors de son passage sur le plateau du 13 Heures de TF1, le 16 mai 2011. - REUTERS/Thibault Camus/Pool

Propos recueillis par Maud Pierron

Une coïncidence troublante. Alors que Carla Bruni-Sarkozy n'a encore donné encore indiciation publique de son état, même lorsque Jean-Pierre Pernaut l'a félicité, sa mère et son beau père ont tous les deux confirmé la grossesse à la presse étrangère. Arnaud Mercier, professeur de communication politique à l'université de Metz analyse cet épisode.

La grossesse de Carla Bruni vient d’être confirmée par le père de Nicolas Sarkozy à la presse allemande et à la presse italienne par la mère de Carla…

Vous me l’apprenez. Mais ça sent l’opération de com’ à plein nez. Les belles-familles qui l’annoncent à l’étranger le même jour. Il n’y a pas de doute ou de hasard possible.

Par rapport au timing choisi pour cette annonce, peut-on voir un lien avec l’inculpation de DSK?

Je ne pense pas que ça ait un lien. On commence à en parler beaucoup dans la presse et ça commence à se voir. A un moment, ils n’auraient pas pu retarder l’annonce. Il y a comme une date butoir qui s’imposait et après laquelle ils ne pouvaient plus l’annoncer comme ils le souhaitaient. C’est même plus un risque de l’annoncer maintenant parce que le battage médiatique autour de DSK est tel que cette nouvelle de la grossesse risque d’être moins traitée qu’en temps normal. La grossesse de Carla aurait dû faire la une des journaux, là, elle risque de faire une brève. 

Quelles répercussions pour l’image de Nicolas Sarkozy?

C’est certainement un moyen d’humaniser la figure de Nicolas Sarkozy, d’améliorer son image personnelle. Mais c’est une opération qui se mène sur le long terme.

Et que peut-on dire de la manière d’annoncer la nouvelle?

Dans la presse étrangère, par les parents respectifs… C’est une annonce indirecte qui permet d’éviter à Nicolas Sarkozy d’être accusé de mettre en scène sa vie privée, comme cela lui a été beaucoup reproché. C’est une manière de ne pas jouer sur ce ressort. Mais il n’y a pas de doute qu’on aura les photos de Nicolas Sarkozy à la maternité avec son enfant dans les bras.