Laïcité: Un débat bouclé en deux heures mardi

POLITIQUE – L'organisation du débat sur la laïcité, qui divise la droite depuis plusieurs semaines, se précise...

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, lors d'une conférence de presse, le 30 mars 2011.

Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, lors d'une conférence de presse, le 30 mars 2011. — WITT/SIPA

Des semaines de polémique pour deux heures de discussions: Le débat sur la laïcité et l'islam initié par l'UMP se tiendra bien mardi 5 avril, malgré la polémique. A l’hôtel Pullman Montparnasse à Paris, et ce «pendant deux heures», selon la sénatrice UMP Fabienne Keller, des membres de l’UMP et des acteurs de la société civile discuteront de ces épineuses questions. Précision de l'entourage de Jean-François Copé jeudi soir: L'ouverture des débats est prévue à 16h, et les conclusions débuteront à 19h-19h30. Soit, au moins, trois heures.

Bulletin de présence

Seront présents parmi les ministres et secrétaires d’Etat: Claude Guéant, Luc Chatel, Valérie Pécresse, François Baroin, Gérard Longuet, Bruno Le Maire, Thierry Mariani, Nadine Morano. Par contre, il ne faudra pas compter sur le Premier ministre François Fillon, ni sur Roselyne Bachelot, ministre des Solidarités. L’ancien porte-parole de l’UMP Dominique Paillé, en froid avec Jean-François Copé depuis son arrivée à la tête de l'UMP, a également déclaré forfait.

Organisation

Le débat sera organisé avec deux tables rondes, réunissant entre 15 et 20 intervenants. Valérie Rosso-Debord, députée UMP de Meurthe-et-Moselle, déléguée adjointe du parti, animera les débats. Les responsables des principales religions, qui ont critiqué récemment la tenue de ce débat, devraient néanmoins envoyer un représentant mardi. Des propositions seront émises à la fin des débats, avant que le secrétaire général du parti, Jean-François Copé, clôture les discussions.

Thèmes évoqués

Outre les réflexions sur le financement et la création de nouveaux lieux de cultes, la formation en France des imams ou encore la nourriture hallal seront étudiés. Le ministre de l’Intérieur Claude Guéant voudrait clarifier les règles et les pratiques à l’hôpital, pour contrer ceux «qui refusent, pour des raisons religieuses, que des hommes soignent leurs femmes». Les cas des piscines non mixtes ou des prières de rue devraient aussi être évoqués.

>> En raison de débordements systématiques sur ce type de sujet, la rédaction est contrainte de fermer les commentaires. Merci de votre compréhension.