Congrès du Front national: Nouveau dérapage pour Jean-Marie Le Pen

Publié le 16 janvier 2011.

POLITIQUE - Il a ironisé sur l'origine juive d'un journaliste de France 24 violenté par les services d'ordre du parti...

Jean-Marie Le Pen n’est pas complètement à la retraite en ce qui concerne les dérapages. Le désormais ex-président du Front national (FN) a déclaré ce dimanche que l'origine juive d’un journaliste de France 24 expulsé samedi soir d'une réunion du parti à Tours ne se voyait pas sur sa carte de presse ou sur son nez.

«C'est une provocation, c'est tout»

Reprochant aux télévisions d'avoir diffusé l'information en boucle, le président d'honneur du FN a affirmé que Mickaël Szames avait été simplement expulsé, et non frappé comme il l'a déclaré. Puis il a ajouté: «Il a dit que c'était parce qu'il était juif qu'il avait été expulsé. Ça ne se voyait ni sur sa carte de presse, ni sur son nez, si j'ose dire.»

«Quelqu'un qui a violé les règles élémentaires, il était normal qu'il soit expulsé. Il n'a pas été frappé. C'est une provocation, c'est tout», a ajouté le dirigeant d'extrême droite lors d'un point de presse. A la suite de cet incident, France 24 a décidé de ne plus poursuivre la couverture du congrès du FN, qui s'achève ce dimanche à Tours, ont rapporté des journalistes de la chaîne.

«Empoigné», «violenté», «insulté» et «violemment jeté dehors»

Mickaël Szames a expliqué ce dimanche avoir été molesté par des membres du service d'ordre la veille au soir pour s'être présenté à la soirée de gala du parti, qui était fermée à la presse. Il a pu pénétrer sans problème dans l'enceinte du Palais des congrès de Tours où se déroulait la soirée, «et même discuter avec Marine Le Pen et son père», a-t-il dit.

Le journaliste a ajouté qu'après avoir pris des photos avec son téléphone portable, il avait été «empoigné» par des membres du service d'ordre, qui l'ont «violenté», «insulté», puis «violemment jeté dehors» après lui avoir confisqué sa carte de presse et du matériel. «Ils m'ont lancé des insultes à caractère raciste sur mon origine juive», a-t-il dit, précisant avoir porté plainte dans la nuit au commissariat de la ville pour agression.

«J'aurais un jugement plus dur sur le comportement de ce confrère»

Jean-Marie Le Pen a reproché aux chaînes de télévision d'avoir «accordé plus d'importance à ce mensonge qu'à la mort de votre confrère», le photographe français tué à Tunis. Priée de dire si elle approuvait la sortie de son père sur Mickaël Szames, Marine Le Pen, la nouvelle présidente du FN, a répondu: «J'aurais un jugement plus dur sur le comportement de ce confrère.»

Cette rencontre avec la presse a été marquée par un autre incident, un responsable du parti ayant été expulsé pour s'en être pris à Marine Le Pen, lui reprochant de ne pas avoir été reconduit au bureau politique. «J'en ai marre d'être le bougnoule de service», a lancé Farid Smahi en reprochant à la nouvelle chef de file du parti d'avoir de la sympathie pour les juifs. Ce proche de Bruno Gollnisch, qui a été raccompagné manu militari hors du Palais des congrès, avait pourtant vanté dans la matinée l'action de Marine Le Pen.

C.C. avec Reuters
publicité
publicité
publicité
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr