La réflexion de Dominique Strauss-Kahn sur son éventuelle candidature à l'élection présidentielle de 2012 «chemine», a déclaré dimanche l'ancien Premier ministre socialiste Laurent Fabius. Le directeur général du Fonds monétaire international (FMI), favori des sondages pour battre Nicolas Sarkozy, a répété jeudi dans une interview à Reuters qu'il n'avait «pas le temps» de penser à cette échéance en raison de son mandat à Washington.

Prié de dire s'il en savait plus, Laurent Fabius a dit sur Europe 1: «Nous avons des contacts réguliers et je dirais, et ne vous perdez pas en interprétations, que ça chemine». «Il y a deux favoris, Dominique Strauss-Kahn et (le premier secrétaire du PS) Martine Aubry)», a-t-il toutefois ajouté. «Je pense que l'un ou l'autre peut battre Nicolas Sarkozy.» Laurent Fabius lui-même se place en «réserve active» au cas où les favoris renonceraient à présenter leur candidature pour les primaires socialistes à l'échéance prévue de juin prochain.

L'ancien Premier ministre a par ailleurs critiqué la candidature prématurée de Ségolène Royal, qui avait été la rivale socialiste de l'actuel président en 2007. «Il n'y a pas besoin d'ajouter aux primaires des pré-primaires, a-t-il dit. Avant l'heure, c'est pas l'heure.»

Mots-clés :