Cécile Duflot et Daniel Cohn-Bendit, le 14 mars 2010 à Paris.
Cécile Duflot et Daniel Cohn-Bendit, le 14 mars 2010 à Paris. - B.GUAY/AFP

Avec agence

Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts, a estimé samedi que l'avenir d'Europe Ecologie, ce n'était «ni la dissolution» des Verts, «ni le repli» sur soi, mais une «construction commune différente» avec l'objectif d'un projet «décidé en commun» pour 2012.

Lors de son discours devant quelque 200 délégués réunis au Conseil national interrégional (Cnir, parlement) des Verts, Cécile Duflot, en «garante et responsable de l'avenir en commun d'Europe Ecologie et des Verts», a assuré qu'il fallait «mener deux chantiers ensemble»: la suite d'Europe Ecologie (EE) et «l'approfondissement du projet» pour «garantir le succès».

«Nous sommes ensemble, nous serons ensemble. Il ne pourra y avoir d'un côté le projet des Verts et le projet des écologistes de l'autre. Nous aurons le même!», a-t-elle lancé, en réponse à «l'appel du 22 mars» de Daniel-Cohn-Bendit pour une «coopérative politique» dépassant les Verts.

Agir avec «douceur et subtilité»

Pour les prochaines échéances électorales, EE «doit avoir des modes de désignation qui seront votés par tous et toutes», «sans quotas ni cooptation», a-t-elle précisé, souhaitant agir avec «douceur et subtilité», comme un pique à «Dany». Mais «ce qui nous attend, ce n'est ni la dissolution, ni le repli de qui que ce soit, mais bien une construction commune qui sera encore différente», a-t-elle ajouté, en présence des eurodéputés Yannick Jadot, Sandrine Bélier ou des Verts Noël Mamère, Yves Cochet et François de Rugy, satisfaits du discours de Cécile Duflot après quelques atermoiements en début de semaine.

Pour 2012, le «projet partagé et décidé en commun portera de lui-même la naissance, par la transmutation des Verts et la métamorphose d'Europe Ecologie, du mouvement de l'écologie politique dont nous avons besoin demain», a-t-elle lancé, très applaudie.

Elle promet le consensus

Pour Cécile Duflot renvoyant dos-à-dos MoDem et NPA et leurs «grandes déconvenues», «ce qui fonde notre cohérence, c'est de porter un projet politique autonome et différent».

La patronne des Verts a également assuré que le texte sur la poursuite du rassemblement soumis au vote du Cnir dimanche après-midi, «fera consensus» avec le calendrier suivant : conventions régionales le 8 mai, réunion nationale le 5 ou 6 juin, Journées d'été fin août avant des assises de l'écologie politique à l'automne.

«Il y a un peu plus de deux ans, à Toulouse (à la création d'EE), la conclusion était de dire que ça allait être "bandant", je propose que ça le soit encore davantage», a-t-elle conclu, longuement applaudie.