Régionales: L'idylle entre le PS et Europe Ecologie tiendra-t-elle jusqu'en 2012?

21 contributions
Publié le 22 mars 2010.

POLITIQUE - Le PS et les Verts n'ont pas réagi très chaudement à l'idée de Daniel Cohn-Bendit de les rassembler dans une même «coopérative politique»...

Dimanche soir, Martine Aubry s'est félicitée d'avoir mis «le joli mot d'union au coeur de la gauche». Mais, au lendemain des élections régionales, le cap est déjà mis sur 2012 et il n'est pas dit que l'idylle entre le Parti socialiste (PS) et Europe Ecologie dure forcément jusque là.

Une alliance souhaitée par l'opinion

«L'alliance pour la présidentielle s'annonce plus compliquée que pour les régionales», concède le politologue Rémi Lefebvre, contacté par 20minutes.fr. «Pour autant, les deux partis n'ont pas intérêt à casser cette dynamique parce que l'opinion y est très favorable. Au PS de régler cette future alliance assez vite.»

Pour le moment, les socialistes savourent tranquillement leur nouveau raz-de-marée sur les régions, tandis qu'Europe écologie, par l'intermédiaire de son chef de file Daniel Cohn-Bendit, est déjà en ordre de marche dans cette perspective.

Profiter de la dynamique des régionales

A travers son «appel du 22 mars», la prolongation de cette belle union apparue entre les deux tours des régionales, malgré des tractations un peu compliquées, apparaît vivement désirée par le leader écologiste. «Il veut profiter de la dynamique des régionales avant que la routine des partis et les contraintes qui vont avec ne reviennent», indique Rémi Lefebvre.

Toutefois, les réactions de Martine Aubry et de Cécile Duflot à la «coopérative politique» de Daniel Cohn-Bendit font craindre que le compteur n'ait déjà été remis à zéro par le PS et les Verts. Pour la première secrétaire du PS, cette proposition intervient «un peu tôt»: «Nous devons d'abord en discuter ensemble et puis la décision, elle appartient aux Verts».

«Ca va peut-être être compliqué, mais ce n'est pas obligé que ça se passe mal»

Du côté des Verts justement, l'accueil de «l'appel du 22 mars» est mitigé. «C'est une bonne idée», a jugé Cécile Duflot ce lundi sur Canal+, mais la secrétaire nationale des Verts a répondu au leader d'Europe écologie que «ça va peut-être être compliqué, mais ce n'est pas obligé que ça se passe mal».

Cécile Duflot entend en effet garder la main sur les Verts. Elle pourrait aussi très bien se braquer face à la stratégie «assez hostile» que lui oppose Daniel Cohn-Bendit qui entend «liquider le noyau dur Vert traditionnel» pour faire passer son idée de candidature unique en 2012, selon Rémi Lefebvre.

Une ouverture des primaires du PS aux écologistes?

Pourtant, le politologue estime que les réactions des deux secrétaires nationales s'inscrivent seulement dans une logique de position et de maîtrise du calendrier: «En quelques mois, le PS et les Verts sont passés d'un état de concurrence à celui de coopération. On est rentré dans une dynamique gagnant-gagnant qui profite à tous.»

Aucune raison donc de voir un prochain divorce à travers ces positions prudentes, d'après Rémi Lefebvre. Cependant tout reste encore à faire d'ici 2012 et c'est au PS que les prochaines étapes seront décisives, à savoir notamment l'ouverture, ou non, de ses primaires aux candidats écologistes.

Corentin Chauvel
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr