Le socialiste Didier Migaud est nommé à la tête de la Cour des Comptes

84 contributions
Publié le 23 février 2010.

POLITIQUE - Il remplace Philippe Séguin, mort en janvier...

Le socialiste Didier Migaud, actuel président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale, a été nommé mardi en Conseil des ministres pour succéder à Philippe Séguin, décédé en janvier, à la tête de la Cour des Comptes. «Je mesure l’honneur qui m’est fait ainsi que l’importance et la sensibilité de cette fonction. La Cour des comptes est une institution ancienne aussi prestigieuse qu’indispensable dans notre République», a affirmé Didier Migaud, dans un communiqué de la Cour des comptes.

L'actuel président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale a ajouté: «Je veux avoir une pensée très émue pour Philippe Séguin pour qui j’avais respect, considération et sympathie. Je sais combien il sera difficile de lui succéder». Quant à la succession de Didier Migaud au poste de député de l'Isère, une législative partielle devrait être organisée.

>> A venir, un portrait de Didier Migaud

Sa nomination a été rendue publique après le Conseil des ministres qui aura examiné un décret en ce sens du président Nicolas Sarkozy.

Un «ami» de Nicolas Sarkozy

Le nom de Didier Migaud était revenu en force lundi, plusieurs médias annonçant comme pratiquement acquise sa nomination. D'autant qu'il y a peu, le chef de l'Etat lui avait rendu un hommage public, le qualifiant même d'un «mon ami».

Depuis le décès de Philippe Séguin le 7 janvier, la question de sa succession n'avait cessé d'alimenter les rumeurs. Parmi les noms cités figuraient l'ancien ministre des Affaires européennes, puis du Budget, Alain Lamassoure, ou la secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, Anne-Marie Idrac, qui s'est récemment dite «disponible» pour le poste.

Le choix de Didier Migaud entre dans la stratégie du président Sarkozy de poursuivre l'ouverture à gauche. La semaine dernière, le secrétaire général de l'UMP, Xavier Bertrand, avait d'ailleurs affirmé que l'ouverture se poursuivrait.

Juriste de 57 ans, respecté de tous

Orfèvre de la technique budgétaire, ce juriste de formation de 57 ans, respecté de tous, a montré qu'il pouvait travailler en bonne intelligence avec la droite.

«Père» de la Lolf (loi organique, nouvelle architecture des lois de finances) avec le sénateur UMP Alain Lambert, Didier Migaud rêvait de devenir ministre du Budget dans le gouvernement de Lionel Jospin (1997-2002). Finalement, il exercera sa passion budgétaire comme rapporteur général du budget.

Le nouveau premier président, magistrat inamovible, aura la lourde tâche de succéder au tonitruant Philippe Séguin, qui s'était efforcé depuis sa nomination à la tête de l'institution en 2004, de la dépoussiérer et de la rendre plus proche des préoccupations des Français.

«Le poil à gratter» de l’Etat

Celui qui se voulait le «poil à gratter» de l'Etat ne s'est jamais privé de critiquer la gestion de ses amis au pouvoir, quitte à susciter la polémique.

Deux des principales promesses de campagne de Nicolas Sarkozy, la baisse de la TVA dans la restauration ou le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, ont ainsi essuyé publiquement ses piques après avoir été jugées trop coûteuses ou inefficaces par la Cour. 

S'il n'a pas le charisme d'un Philippe Séguin, Didier Migaud a pour lui sa très grande connaissance des rouages budgétaires de l'Etat.

O.R. avec agence
publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr