«Qu'on lui foute la paix». Gérard Depardieu est venu à la rescousse de Georges Frêche dimanche dans une lettre adressée au président de la région Languedoc-Roussillon, mis au pilori depuis ses dernières déclarations douteuses sur Laurent Fabius.

Le comédien français, qui se dit «loin de la politique» et qui n'a «jamais été éduqué à voter», trouve ainsi Georges Frêche «bien plus vrai et bien plus sympathique que Martine Aubry et
compagnie!»

Frêche et Guillon, même combat

Gérard Depardieu défend le travail et l'humour du président de région, le mettant au même niveau que les chroniques de Stéphane Guillon sur France Inter: «Le talentueux pamphlétaire ne dit-il pas des choses encore plus énormes que la fameuse expression proustienne usitée dans notre langue par tous et par Georges Frêche?»

L'acteur termine sa missive de soutien au président de région par une citation de Cyrano de Bergerac, qu'il a incarné à l'écran: «Quant à moi, je marche, avec sur moi, sans rien qui ne reluise, empanaché d'indépendance et de franchise.»