Critiques épicées après l'épisode de Dijon

117 contributions
Publié le 16 novembre 2009.

REACTIONS - Les chamailleries du PS de ce week-end se poursuivent...

Le rappel à l'ordre de Vincent Peillon par Ségolène Royal et les petites phrases de ce dernier à l'égard de la présidente de la région Poitou-Charente, ne passent pas inaperçu. «Royal bazar» titre Libération, ce lundi matin. Le quotidien estime qu'en «s'invitant à Dijon, l'ex-candidate a éclipsé la réunion PCF-PS-Verts-Modem». «Mais a quoi joue Ségolène Royal?», s'interroge de son côté France Soir.

«Autour de la direction de Martine Aubry, on essaie d'avoir un autre comportement»

Le député PS de Seine-Saint-Denis Claude Bartolone a évoqué ce lundi un «mauvais épisode» à propos de la mésentente affichée ce week-end à Dijon, soulignant que «la personnalisation ça ne marche pas». Il ne faut pas «mélanger la vie des sensibilités et ce mauvais épisode auquel on a eu droit à Dijon avec ce qui est en train de se passer avec Martine Aubry au Parti socialiste», a déclaré le député sur Europe 1. «Les socialistes doivent savoir que la gauche les attend sur la définition d'un autre projet beaucoup plus que sur un comportement individuel», a jugé le président du conseil général de Seine-Saint-Denis.
 
«J'ai soutenu Ségolène Royal au moment de la présidentielle parce que je suis un militant discipliné, mais ce n'était pas la candidate que j'avais soutenu pendant la primaire», a rappelé ce proche de Laurent Fabius rallié à Martine Aubry. A Dijon, «ce n'était pas une réunion du Parti socialiste, c'était une réunion d'une sensibilité du Parti socialiste et actuellement vous pouvez constater qu'autour de la direction de Martine Aubry, on essaie d'avoir un autre comportement, parce que les Français et les socialistes ont besoin de rassemblement et d'union notamment avant les prochaines élections régionales», a-t-il souligné.

Se concentrer sur le fond

De retour de mission en Corée du Nord, le député socialiste Jack Lang a fustigé dimanche l'attitude de Ségolène Royal ce week-end à Dijon estimant «qu'elle avait jeté une certaine forme de discrédit» sur le PS socialiste. «Cela fait un drôle d'effet quand vous revenez d'Asie. Arrivé en France et à Paris et découvrir ce spectacle, on se pince, "est-ce vraiment vrai que l'ancienne candidate à l'élection présidentielle a organisé tout ce tintamarre ?"», a expliqué le député, invité du rendez-vous TV5Monde/RFI/Le Monde.

Interrogé sur le jugement de Vincent Peillon, qui a estimé dimanche que Ségolène Royal «ne pourra pas faire gagner la gauche en 2012», Jack Lang a fait remarquer cruellement que la candidate socialiste en 2007 «ne l'avait pas fait gagner la dernière fois». «C'était une élection pourtant où nous avions quelques chances de l'emporter. Cette fois-ci, nous verrons bien, la question n'est pas ouverte», a-t-il éludé en demandant à ses amis socialistes de se concentrer «sur les questions de fond».
M. D. avec agence
publicité
publicité
publicité
publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr