Ségolène Royal rappelle à l'ordre Vincent Peillon

168 contributions
Publié le 14 novembre 2009.

POLITIQUE - L'eurodéputé lui a fait savoir qu'il n'était pas content qu'elle s'invite à son rassemblement...

On ne l'invite pas mais elle vient quand même. Ségolène Royal est venue bouleverser les «1ères rencontres du rassemblement» de «socialistes, écologistes et démocrates», des communistes au MoDem, organisées ce samedi à Dijon par l'eurodéputé PS Vincent Peillon.

Ce dernier, pourtant numéro 1 du courant de Ségolène Royal l'Espoir à gauche, n'a pas caché sa désapprobation. Interrogé par l'AFP, il n'a pas pris de gants, jugeant «dommage de venir un peu perturber le sens de ce qu'on essaie de construire» et «qui est fragile». La veille, sur Europe 1, Vincent Peillon avait déclaré que cette «visite surprise» n'était «pas désirée» et avait parlé de «coup médiatique».

«Dérapage verbal»

Ségolène Royal n'a pas apprécié et l'a fait savoir, façon de reprendre la main sur son courant politique: «Je ne comprends pas que Vincent Peillon auquel j'ai accordé toute ma confiance et une place éminente dans l'organisation de ce mouvement puisse aujourd'hui déraper verbalement comme il l'a fait sur Europe 1», a-t-elle déclaré lors d'un point presse ce samedi. Et d'ajouter: «Il a commis une faute politique et un dérapage verbal qui ne doit pas se reproduire.»

Arrivée à la mi-journée, la présidente socialiste du Conseil régional de Poitou-Charentes a été accueillie sur le parvis du Palais des Congrès par le sénateur-maire de la ville François Rebsamen, son fidèle lieutenant Jean-Louis Bianco ainsi que le député socialiste Gaétan Gorce. Elle a eu droit à beaucoup d'applaudissements et à des «Ségolène» tandis que des drapeaux de sa campagne présidentielle de 2007 étaient déployés.

«Très joyeuse»


Comme les journalistes, très nombreux, lui demandaient si sa présence constituait un coup médiatique, Ségolène Royal a répondu: «Pas du tout! Je suis très joyeuse d'être là».Comme on lui rétorquait que Vincent Peillon n'était pas ravi de sa présence, elle a répondu: «Mais si! Nous sommes tous dans la même famille politique. Il y a des moments parfois de petite tension et des moments de réconciliation».Ségolène Royal s'est isolée avec ses proches dans une salle du premier étage du Palais du Congrès, où elle a finalement été rejointe, avec un peu de retard, par Vincent Peillon.
 
Sur son site, la présidente de Poitou-Charentes a assuré venir à Dijon «à l'invitation de François Rebsamen», sénateur-maire de cette ville. Celui-ci précise innocemment avoir convié «Ségolène Royal au même titre que tous les militants et responsables du PS».

La gauche de demain


Selon Vincent Peillon, leader du courant, ce large rassemblement, «ce n'est pas un parti politique, c'est la matrice de la gauche de demain. Tout le monde construit sa boutique pour exclure les autres. Nous, c'est l'inverse».
Les acteurs seront pratiquement les mêmes qu'à Marseille qui a accueilli la première réunion: Robert Hue, ancien numéro un du Parti communiste français, Marielle de Sarnez, Jean-Luc Bennhamias, vice-présidents du MoDem, Christiane Taubira (Parti radical de gauche).

Le Vert Daniel Cohn-Bendit, pas remis d'une opération à la hanche, enverra une vidéo où il salue «un cadre nouveau», «l'espace politique à travers lequel pourraient se dérouler les primaires pour la présidentielle».
Son frère Gaby, spécialiste de l'éducation, président des amis d'Europe Ecologie, et le député Verts François de Rugy, seront présents. Côté PS, on attend les députés Julien Dray, Manuel Valls, Jean-Louis Bianco, Delphine Batho, Aurélie Filippetti, le sénateur David Assouline et l'avocat Jean-Pierre Mignard, ayant tous soutenu Ségolène Royal au Congrès de Reims.
 
 
Porte-parole du PS, Benoît Hamon s'est démarqué de cette «initiative d'un courant du PS qui poursuit une intuition qui est la sienne, pas celle du PS». En Bourgogne, trois secrétaires fédéraux du PS régional ont dénoncé un «renversement d'alliance» au profit du MoDem.
Avec agence
publicité
publicité
publicité

publicité
Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr