Jean Sarkozy le 27 mai 2009 à Levallois-Perret
Jean Sarkozy le 27 mai 2009 à Levallois-Perret - HADJ/SIPA

«Le nom (de Jean Sarkozy) est plus important que la compétence», relevait le blogueur Rimbus il y a quelques jours. Pour contrebalancer cette opinion, le fils du président de la République, en pleine polémique pour avoir candidaté à l’EPAD (Etablissement Public d'Aménagement de La Défense), a voulu se justifier en révélant ses résultats universitaires. «J'ai validé trois matières de ma deuxième année présentée», déclare-t-il dans une interview donnée au Point jeudi. «Et je peux même vous donner les notes: 11 en histoire des idées politiques; 14 en finances publiques et 19 en droit immobilier et en droit civil. Vous pouvez vérifier.» Reste que, pour l’instant, il n’a pas présenté ses bulletins de note.

Si Jean Sarkozy a redoublé son droit, c’est, dit-il, parce qu’il a «fait un choix exigeant qui est celui de concilier (s)on engagement politique, (s)es responsabilités d'élu et (s)a formation universitaire».

>> Retrouvez ici tous nos articles sur la polémique Jean Sarkozy

Enfin, il tient à rassurer sur sa volonté de finir ses études, c’est à dire décrocher sa licence de droit. «Je présenterai les quatre matières restantes lors du prochain contrôle, à la mesure de mes disponibilités. Et dans un an et demi, j'aurai ma licence!» affirme-t-il. Le rendez-vous est donc pris, mais même s’il obtient cette licence, le problème demeure: en effet, d’après les offres d’emploi disponibles pour l’EPAD, le moindre poste requiert des candidats ayant un Bac+5 et doté de plusieurs années d’expérience.

Mots-clés :