Nadine Morano, le 27 août 2009 à Paris.
 Nadine Morano, le 27 août 2009 à Paris. - SICHOV/SIPA

C'est une photo qui a retenu l'attention de France Info et d'Arrêts sur images, dans le reportage que Paris-Match consacre à la secrétaire d'Etat à la famille Nadine Morano. Au beau milieu du reportage sur consacré à l'ardente défenseure de Nicolas Sarkozy, on la voit assise dans son salon en train de jouer aux jeux vidéos avec sa petite famille. Et lorsque l'on regarde l'écran de télévision, il apparaît clairement que son fils joue à... GTA 4, un jeu interdit aux moins de 18 ans. Le problème? Nadine Morano a violemment critiqué ce jeu à sa sortie, le qualifiant de «violent», «amoral» et «potentiellement addictif». Sans compter que sa fille de 13 ans est présente sur le fameux cliché. Du coup, les critiques - ironiques ou acerbes -  n'ont pas manqué de pleuvoir.

La secrétaire d'Etat à la famille a réagi ce vendredi matin sur France 2 et sur France Info. Elle récuse notamment la théorie de l'erreur de communciation: «ce sont des photos choisies, ce ne sont pas des photos volées», explique-t-elle. Mais alors que fait GTA 4 dans le salon de la secrétaire d'Etat à la famille? «J'explique à mes enfants très concrètement pourquoi ce jeu est un jeu violent, un jeu addictif, avec des images inacceptables», explique Nadine Morano. La photo ne serait donc qu'une simple séance de pédagogie familiale. Et le jeu «emprunté» à un des amis de son fils.

Elevés au carré

Interrogée par 20minutes.fr ce vendredi après-midi, la journaliste de Paris-Match qui a réalisé le reportage, Elisabeth Chavelet, confirme la version de Nadine Morano: «ce qu'elle a dit, c'est vrai. Elle a montré le jeu pour dire qu'il ne fallait pas y jouer, que c'était "des jeux à la con", selon son expression». Elle explique que pendant le reportage, elle nous a dit «je vais en profiter pour vous montrer le jeu» qu'elle avait critiqué. Selon Elisabeth Chavelet, tout cela est assez cohérent avec l'image de la famille Morano. «Elle n'est pas du tout du genre à laisser passer des choses comme ça je peux vous dire que ses enfants sont élevés au carré», résume-t-elle. 

 

Mots-clés :