Le dalaï lama a rencontré vendredi l'épouse du chef de l'Etat français, Carla Bruni-Sarkozy, et le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner, lors de l'inauguration du temple bouddhiste de Lérab Ling à Roqueredonde, sur les hauts plateaux languedociens.
Le dalaï lama a rencontré vendredi l'épouse du chef de l'Etat français, Carla Bruni-Sarkozy, et le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner, lors de l'inauguration du temple bouddhiste de Lérab Ling à Roqueredonde, sur les hauts plateaux languedociens. - Philippe Laurenson AFP

Officiellement, Carla Bruni-Sarkozy, Bernard Kouchner et Rama Yade ont rencontré le dalaï lama thèmes après l’inauguration d’un temple bouddhiste, vendredi matin, près de Lodève.

Huis clos

La rencontre a eu lieu à huis clos. L'entourage du chef spirituel tibétain avait annoncé jeudi que Kouchner rencontrerait le dalaï-lama, mercredi à Nantes. Mais le ministre avait déclaré par la suite, dans un entretien au «Journal du Dimanche», qu'il «ne pouvait pas» mercredi en raison d'un agenda «bouleversé par la crise géorgienne». «J'espère pouvoir le rencontrer», avait-il toutefois ajouté.

Mises en garde chinoises

L'annonce de cette rencontre a été vivement critiquée par le Parti socialiste, qui l'a qualifiée dans un communiqué de «séance de rattrapage après l'échec total de la diplomatie sarkozyste sur le dossier chinois». Le PS a également dénoncé une rencontre organisée «en catimini» entre Bernard Kouchner et le dalaï-lama et réclamé au contraire une «diplomatie forte et transparente» pour la France. Lundi, le dalaï-lama avait été reçu par Jean-Marc Ayrault, chef de file des députés socialistes.

Dès le 6 août, l’Elysée avait annoncé le 6 août que Nicolas Sarkozy ne recevrait pas le dalaï-lama au cours de sa tournée en France, qui doit durer jusqu'au 23 août. Pékin avait mis en garde le chef de l’Etat contre les conséquences sur les relations franco-chinoises d'une telle rencontre. Jeudi encore, la Chine a appelé la France à gérer «prudemment» la question tibétaine, en évitant «toute perturbation» de nature à compromettre les relations franco-chinoise à l'occasion de la visite du dalaï-lama.

Mots-clés :