«Aller à l’idéal et comprendre le réel.» Cette phrase toute théorique, exhumée d’un vieux discours de Jean Jaurès, domine «la déclaration de principes» rendue publique ce lundi par le PS et qui doit guider le parti sur le chemin de la rénovation.

A haute valeur symbolique, les «déclarations de principes» sont un temps fort de l’histoire du Parti socialiste. C’est seulement la cinquième fois en un siècle que le PS se livre à cet exercice. A chaque fois, cela correspond à un moment historique: la création du parti en 1905, le tournant de l’après-guerre, l’après mai-68 et les conséquences de la chute du Mur en 1990.

«Un pur morceau de langue de bois»

Aucun événement géopolitique majeur en 2008, seulement la débâcle de la présidentielle de l’année dernière qui a fait souhaiter à beaucoup de socialistes une clarification idéologique. Ce nouveau texte refuse pour la première fois d’utiliser le terme «révolution» et «rapports de classe».

Spécialiste des discours politiques, le linguiste Jean Véronis n’y voit qu’«un pur morceau de langue de bois». «Proclamer que le PS plonge ses racines dans la tradition de l’humanisme et la philosophie des Lumières, cela n’engage strictement à rien, d’autant que tous les partis pourraient écrire cela», déclare t-il à 20minutes.fr.

Jean Jaurès revisité par Ségolène Royal

Un avis largement partagé par Rémy Lefebvre, politologue spécialiste du PS. «C’est hyper convenu comme référence, à l’image du texte en général, qui se veut très consensuel afin de ménager toutes les sensibilités internes au PS».

La phrase «Aller à l’idéal et comprendre le réel» résume «le dilemme du Parti socialiste, reprend Jean Véronis: tenir compte des réalités économiques tout en étant fidèle à ses principes philosophiques.» Cette citation porte la marque de Ségolène Royal. C’est l’ex-candidate à la présidentielle qui a exhumé Jean Jaurès en février dernier lors d'une conférence à Harvard. «A une question sur le décalage entre la part d’utopie dont est porteuse la Gauche et la réalité du monde, j’ai répondu en citant la célèbre phrase de Jaurès», écrit-elle sur son site Désirs d’avenir.

Le texte doit être adopté le 14 juin

D’après Jean Véronis, les deux mots qui reviennent le plus dans la déclaration de principes sont «vie» et «monde», soit l’opposition traditionnelle du parti socialiste entre l’aspiration à une vie meilleure et les réalités du monde tel qu’il est. «Le mot «vie» était un des mots-clés de la campagne de Ségolène Royal. On voit vraiment que le texte est imprégné de sa prose», souligne le linguiste.

Rémy Lefebvre note toutefois que ce compromis entre réalisme et idéal reste dans l’héritage direct de Lionel Jospin et François Hollande. La seule nouveauté du texte, d’après lui, réside dans l’inscription du «développement durable» parmi les priorités du PS. «Idéologiquement, l’écologie est un levier pour remettre en cause le capitalisme sans apparaître trop à gauche. C’est un label de modernité.»

Reste à savoir ce que les militants feront de ce texte, qui sera soumis à leur vote pour adoption à la Convention du PS du 14 juin.


>> Que pensez-vous de la phrase «Aller à l’idéal et comprendre le réel» et de cette déclaration de principes? Rejoignez notre débat sur le sujet...

>> A lire, la réaction de Marc Vasseur sur le blog de la rénovation du PS...

Militants, sympathisants, si vous voulez participer à la rédaction de ce blog, envoyez vos propositions au 33320 @ 20minutes.fr

Mots-clés :

Aucun mot-clé.