Images d’exactions de Daesh sur Twitter: Le député Gilbert Collard mis en examen

JUSTICE Le député frontiste encourt 3 ans d’emprisonnement et 75.000 euros d’amende…

20 Minutes avec AFP

— 

Gilbert Collard le 1er octobre 2017.

Gilbert Collard le 1er octobre 2017. — GUILLAUME SOUVANT

Le député apparenté FN du Gard Gilbert Collard a été mis en examen à Nanterre pour « diffusion d’images violentes » sur Twitter, des photos de victimes du groupe Etat islamique, a-t-on appris jeudi de sources concordantes. Il encourt 3 ans d’emprisonnement et 75.000 euros d’amende pour ce délit, selon le parquet de Nanterre.

« C’est une manipulation politique et une instrumentalisation du parquet » car « sur la base de huit signalements, sept sont anonymes, et quatre sont antérieurs à la publication du tweet », a réagi Gilbert Collard.

L’avocat de Gilbert Collard va déposer un recours

L’avocat du député, Me Jean-Marc Descoubes, a précisé qu’il allait déposer un recours pour demander si le fondement juridique de la mise en examen est conforme à la Constitution notamment à son principe de liberté d’expression.

Une enquête préliminaire avait été lancée en décembre 2015 par le parquet de Nanterre pour « diffusion d’images violentes », visant Gilbert Collard et la présidente du FN Marine Le Pen, puis deux informations judiciaires distinctes ouvertes.

>> A lire aussi : L'Assemblée nationale lève l'immunité parlementaire de Marine Le Pen après la diffusion des images de Daesh sur Twitter

Par ces images publiées sur Twitter, ils entendaient protester contre le « parallèle ignoble » EI-FN dressé selon eux par le journaliste Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV et RMC. Gilbert Collard avait tweeté la photo d’un homme gisant au sol, le crâne défoncé, avec ce commentaire : « Bourdin compare le FN à Daesh : le poids des mots et le choc des bobos ! »