Quelles sont les réformes que les Français jugent utiles pour la démocratie?

SONDAGE La confiance dans la démocratie française est en hausse selon un sondage publié ce vendredi...

Laure Cometti

— 

Les Français voudrait obliger les élus à débattre d'une pétition ayant recueilli un nombre important de signatures, selon un sondage.

Les Français voudrait obliger les élus à débattre d'une pétition ayant recueilli un nombre important de signatures, selon un sondage. — SIPA

La prise en compte des pétitions citoyennes, la reconnaissance du vote blanc et la limite du cumul des mandats dans le temps font partie des mesures plébiscitées par les Français selon une enquête publiée ce vendredi, réalisée par l’institut ViaVoice pour La Revue civique et la Fondation Jean Jaurès (de centre gauche), en partenariat avec l’Union de la Presse en Région, France Inter, Aujourd’hui en France et BFM TV*.

>> A lire aussi : L’Assemblée refuse de prendre en compte le vote blanc pour la prochaine présidentielle

Donner plus de poids aux pétitions citoyennes

Invités à se prononcer sur des mesures jugées « utiles pour la démocratie », les 1.002 sondés ont placé en tête (à 77 %) une mesure qui n’existe pas en France : « obliger les élus à débattre d’un sujet ou à étudier une proposition de loi si une pétition a recueilli un nombre très important de signatures ».

Un tel dispositif existe au sein de l’UE et dans d’autres pays européens et aux Etats-Unis, par exemple, où, passé un seuil significatif de signatures, le pouvoir législatif ou exécutif est obligé de répondre aux pétitionnaires. Les Français interrogés sont aussi massivement nombreux (69 %) à souhaiter qu’une pétition puisse obliger à organiser un référendum si elle obtient un nombre important de signatures.

>> A lire aussi : Participation citoyenne: «Il n’y a pas d’obligation pour les députés de délibérer d’une pétition»

Reconnaître le vote blanc

« Les sondés demandent plus de consultations et de participation citoyenne à la vie publique », analyse Jean-Philippe Moinet, fondateur et directeur de La Revue civique. « Ils ne veulent pas que les élus monopolisent le débat et la création des propositions de loi ». Interrogés sur des mesures qui figurent dans les projets du gouvernement, qui ambitionne de réformer les institutions en 2018, les sondés ont majoritairement approuvé la diminution du nombre de parlementaires (72 %), le non-cumul des mandats dans le temps (69 %) et l’introduction de la proportionnelle dans les assemblées élues (56 %).

L’intégration du vote blanc dans les suffrages exprimés est aussi approuvée par les sondés (à 72 %), alors que plus de 8 % des inscrits ont glissé un bulletin vierge dans l’urne au second tour de la présidentielle 2017, un record historique.

>> A lire aussi : «Je ne vois pas l’intérêt de voter»

« Les citoyens souhaitent s’impliquer davantage »

Les attentes démocratiques des citoyens vont au-delà des propositions de ce gouvernement », souligne Aurélien Preud’homme, directeur des études à l’institut ViaVoice. « Ils souhaiteraient s’impliquer davantage. Ils peuvent aujourd’hui s’exprimer directement sur l’action politique, via les réseaux sociaux, mais ne peuvent pas encore influencer directement les décisions politiques », justifie-t-il.

« Ces résultats témoignent d’un désir de davantage de démocratie participative. La démocratie représentative ne satisfait pas l’opinion : les Français souhaitent l’aménager, la rationaliser, notamment avec la dose de proportionnelle, mais pas la remplacer », estime Jean-Philippe Moinet.

Un sondé sur deux trouve que la démocratie française « fonctionne bien »

La confiance des Français dans la démocratie de leur pays s’est nettement améliorée selon cette étude : les sondés étaient 30 % à juger qu’elle fonctionnait bien en avril 2014, puis 36 % en septembre 2016 et 54 % fin décembre 2017. « De minoritaires, ils sont devenus majoritaires », insiste Aurélien Preud’homme, qui souligne que la progression est plus forte chez les 18-34 ans (voir page 10). « C’est le début d’un renversement de la perception des Français de leur démocratie », abonde Jean-Philippe Moinet. Mais cette confiance va-t-elle durer ? Pour 63 % des sondés, la démocratie française « pourrait être vraiment remise en cause dans les années à venir ».

L'étude dans son intégralité est à retrouver ci-dessous : 

 

* Etude réalisée par Viavoice et financée par la Fondation Jean Jaurès et La Revue Civique. Interviews effectuées en ligne du 22 au 28 décembre 2017. Échantillon de 1002 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Représentativité par la méthode des quotas appliquée aux critères suivants : sexe, âge, profession de l’interviewé, région et catégorie d’agglomération. Les évolutions mentionnées dans ce rapport sont issues des précédentes vagues de l’Observatoire de la Démocratie, réalisées auprès d’échantillons comparables du 11 au 16 avril 2014 et du 5 au 9 septembre 2016.