Emmanuel Macron va présenter ses vœux à la presse après avoir pris ses distances avec elle

PROTOCOLE Le président va présenter ses voeux aux journalistes invités à l’Elysée pour une cérémonie traditionnelle…

Laure Cometti

— 

Emmanuel Macron lors de ses voeux télévisés aux Français, le 31 décembre 2017.

Emmanuel Macron lors de ses voeux télévisés aux Français, le 31 décembre 2017. — SARAH ALCALAY/SIPA

  • En septembre, Emmanuel Macron avait annoncé vouloir présenter ses voeux à la presse en janvier 2018, une tradition abandonnée depuis quatre ans.
  • Depuis son élection, les relations entre le président et les médias ont parfois été tendues, et critiquées.

Emmanuel Macron présentera ce mercredi ses vœux à la presse lors d’une cérémonie à l’Elysée, à 17h30. Ce faisant, il se plie à une tradition de la Ve République apparue sous De Gaulle.

Alors que ce rituel avait été délaissé en 2014 (et remplacé par une conférence de presse), 2015 et 2016 par François Hollande, le nouveau président, critiqué pour avoir instauré une distance avec les journalistes, renoue avec cette tradition symbolique.

Pas de questions de la presse

La cérémonie débutera par un discours court (environ cinq minutes) de la présidente de l’association de la presse présidentielle (APP), Elizabeth Pineau, qui présentera les vœux de la profession. Puis Emmanuel Macron s’exprimera devant les journalistes invités, qui ne pourront pas lui poser de questions à l’issue du discours, comme ils avaient pu en poser à Nicolas Sarkozy en 2008, ou à François Hollande en 2014.

Le Président avait annoncé vouloir renouer avec cette tradition le 8 septembre dernier, lors d’une rencontre avec des membres de l’APP et au terme d’un été marqué par des relations contrastées avec les médias français. « Il nous avait dit qu’il avait des messages à faire passer », se souvient Elizabeth Pineau, présidente de l’association. Emmanuel Macron était alors critiqué par certains pour avoir instauré une distance avec la presse, en refusant de donner la traditionnelle interview du 14 juillet ou en reprochant à des journalistes de France 2 de «s'intéresser trop à eux-mêmes et pas assez au pays».

Une « volonté d’apaisement » ?

Pour l’historien de la presse Alexis Lévrier, Emmanuel Macron est « dans une stratégie de contournement des médias et veut privilégier des moments de rencontre avec la population ». « C’est lui qui a choisi d’entrer dans ce rapport de force un peu théâtral ». Depuis son élection, « il y a une forme de mise à distance, voire mise sous tutelle, de la presse par l’Elysée », estime l’auteur de l’ouvrage Le Contact et la distance*. « La distance, on l’a vue », témoigne une journaliste au sujet des relations entre la présidence et les médias depuis mai dernier.

>> A lire aussi : Retour sur une semaine qui a redéfini les relations entre Macron et la presse

Cette cérémonie est-elle le signe que le président souhaite changer de stratégie dans ses relations avec les médias ? « Il marque quelque chose, il donne le signe qu’il y a une volonté d’apaisement ou de clarification », veut croire une journaliste habituée de l’Elysée. Ce rendez-vous symbolique intervient alors que le gouvernement lance une grande réforme de l’audiovisuel public, un dossier très sensible qui inquiète déjà de nombreux journalistes et défenseurs de la presse. Dans l’entourage d’Emmanuel Macron, on ménage le suspense : aucune information n’a fuité en amont de la cérémonie.

>> A lire aussi : Après les ratés de l'été, Emmanuel Macron va changer sa stratégie médias

Un rituel souvent malmené

Traditionnellement, le président affirme son attachement à la liberté de la presse lors de ces vœux très protocolaires. Il a beau s’agir d’une tradition, elle est soumise au bon vouloir du chef de l’Etat. Ainsi, après des vœux suivis d’une séance de questions-réponses étonnante (ponctuée d’un « Avec Carla, c’est du sérieux »), en 2008, Nicolas Sarkozy avait ensuite supprimé la cérémonie, remplacée en 2009 et 2011 par une conférence de presse thématique.

Idem pour François Hollande, qui entretenait pourtant des relations cordiales avec certains journalistes : début 2014, en plein Trierweilergate, il avait remplacé la cérémonie des vœux à la presse par une conférence de presse. En 2015, le rituel avait été supprimé après les attentats, avant d’être officiellement abandonné en 2016 afin de raréfier la parole de François Hollande, « dans une stratégie de représidentialisation » dans l’optique de la présidentielle de 2017 selon un proche cité par Le Figaro. Une stratégie faite sienne par Emmanuel Macron au début de son mandat.

paru aux éditions Les Petits Matins en 2016.