SNCF: «Mon mandat est à la disposition du gouvernement», déclare le patron Guillaume Pépy

TRANSPORTS La SNCF fait « circuler en Ile-de-France l’équivalent d’un avion A380 toutes les sept secondes », s’est notamment défendu Pépy…

20 Minutes avec AFP

— 

Le président de la SNCF Guillaume Pépy lors d'une conférence de presse à Paris le 3 décembre 2015

Le président de la SNCF Guillaume Pépy lors d'une conférence de presse à Paris le 3 décembre 2015 — ERIC PIERMONT AFP

Guillaume Pépy, le patron de la SNCF, a indiqué dans l'édition du Parisien de ce vendredi que « (son) mandat est à la disposition du gouvernement » après les incidents survenus dans les gares parisiennes en décembre.

>> A lire aussi : Trafic interrompu, retards... La ministre des Transports demande des comptes à la SNCF

Pépy et le patron de SNCF Réseau, Patrick Jeantet, sont convoqués le 8 janvier par la ministre des Transports Elisabeth Borne, qui entend leur demander des explications.

Des pannes à répétition

La SNCF a dû faire face coup sur coup à une panne géante due à un « bug informatique » le 3 décembre à Montparnasse, puis à une grande pagaille en raison d’une affluence de voyageurs supérieure à la capacité des trains samedi à Bercy, et enfin à une panne électrique mardi à Saint-Lazare.

>> A lire aussi : VIDEO. Montparnasse: Le trafic de retour à la normale, Borne exige une «nouvelle organisation de la gestion des grands travaux»

« Mon mandat est à la disposition du gouvernement. Mon boulot, avec Patrick Jeantet, c’est de trouver des solutions. Le temps n’est pas aux états d’âme », déclare par exemple Guillaume Pépy au Parisien. « Nous rénovons le réseau tout en faisant circuler en Ile-de-France l’équivalent d’un avion A380 toutes les sept secondes. »

Une « insuffisance chronique d’entretien du réseau », selon le syndicat SUD

« Ces gigantesques travaux en pleine exploitation comportent des risques de bugs, d’incidents électriques, des risques de travaux qui ne sont pas suffisamment préparés », a poursuivi le président du directoire de la SNCF.

« La direction de la SNCF n’assume pas ses responsabilités », avait estimé ce mardi le syndicat SUD rail, imputant le dernier incident à Saint-Lazare à « l’insuffisance chronique d’entretien du réseau » et au « recours accru à la sous-traitance ».