Trop c’est trop, Gérard Collomb en a «un peu marre de passer pour le facho de service»

CRITIQUES Le ministre de l'Intérieur trouve les critiques sur sa politique migratoire disproportionnées. Et il ne se sent pas forcément soutenu par le reste du Gouvernemement...

D. G.

— 

Le Ministre de L'Intérieur, Gérard Collomb.

Le Ministre de L'Intérieur, Gérard Collomb. — Xavier Léoty

Le Canard enchaîné révèle ce mercredi que Gérard Collomb, ministre de l’Intérieur et ancien maire de Lyon, s’émeut en privé des critiques qui lui sont adressées sur sa politique migratoire.

>> A lire aussi : Recenser les migrants dans les centres d'hébergement, est-ce légal?

Collomb se sent esseulé

« Le procès que l’on me fait est assez malhonnête, aurait-il confié à des proches. Si l’on veut vraiment agir pour protéger les migrants qui risquent leur vie dans les pays dont ils viennent, il faut bien savoir qui est qui. Et s’ils ont droit à l’asile politique ou pas. Si ce sont des Syriens, des Érythréens ou des Soudanais, ce n’est pas la même chose que s’ils sont Sénégalais. »

Le ministre est attaqué après les premières circulaires qui passent mal auprès des associations qui viennent en aide aux migrants, et avant l’examen de la future loi « asile et immigration ».

>> A lire aussi : Projet de loi immigration: Le ministère de Intérieur renonce à une mesure contestée sur l'asile

 « J’ai plutôt l’impression qu’Édouard Philippe ne se mouille pas »

En plus de cela, Gérard Collomb se sent un peu seul à mener ce combat au sein du Gouvernement : « J’en ai un peu marre de passer pour le facho de service. Lorsque je me retourne, j’ai l’impression qu’il n’y a personne derrière moi (…). J’ai plutôt l’impression qu’Édouard Philippe compte les points, reçoit les associations, mais ne se mouille pas. »

Gérard Collomb et Édouard Philippe auront l’occasion de s’expliquer à la rentrée, en tout début d’année prochaine.