L'anniversaire de Macron à Chambord montre «la nécessité de changer la Constitution», estime Mélenchon

LA FRANCE INSOUMISE « Moi, je suis tellement républicain que tout ce qui touche au symbole royaliste m’exaspère », a déclaré le leader de La France insoumise…

H. B.

— 

Le député Jean-Luc Mélenchon à l'Assemblée nationale le 31 octobre 2017.

Le député Jean-Luc Mélenchon à l'Assemblée nationale le 31 octobre 2017. — PDN/SIPA

L’anniversaire du président de la République à Chambord lui reste en travers de la gorge. Jean-Luc Mélenchon a vivement critiqué les festivités organisées ce week-end par Emmanuel Macron dans cet ancien domaine royal. « Moi, je suis tellement républicain que tout ce qui touche au symbole royaliste m’exaspère. Je trouve ça ridicule. Mais il en faut pour tous les goûts », avait déjà déclaré ce samedi le chef de file des insoumis.

Ce dimanche, le député LFI des Bouches-du-Rhône en a remis une couche. « Je lui souhaite bon anniversaire. Je suis content qu’il soit allé à Chambord parce que ça donne de lui une image monarchique qui semble correspondre à l’image qu’il se fait de lui-même », a lancé Jean-Luc Mélenchon, invité sur le plateau du Grand Rendez-Vous Europe1-Les Échos-CNews.

« Le pouvoir absolu rend absolument fou »

« La personne du président de la République, dans la monarchie présidentielle, tout est spectaculaire, le corps du roi comme on dit est quasi sacré. Donc, non, il ne fait pas ce qu’il veut. Mais, honnêtement, on ne va pas aller lui chercher pouilles. C’est la Constitution qu’il faut changer », a ajouté le leader de La France insoumise, faisant allusion à la nécessité, selon lui, de mettre fin à la Ve République et de passer à la VIe.

>> A lire aussi : L'opposition critique l'anniversaire royal de Macron à Chambord

« Ça concerne le quotidien. Quand une personne se croit tellement importante et tellement sûre d’elle-même qu’elle peut décider ce qu’elle veut, eh bien, nous sommes tous en danger, quelle que soit la qualité de la personne au départ », a expliqué Jean-Luc Mélenchon, ajoutant que « le pouvoir absolu rend absolument fou ».