Conseil national du numérique: La militante Rokhaya Diallo persona non grata?

POLITIQUE Les équipes du Conseil National du numérique ont été remaniées deux jours après leur présentation...

C. Ape.

— 

La journaliste Rokhaya Diallo

La journaliste Rokhaya Diallo — LAURENT BENHAMOU/SIPA

A peine deux jours après la présentation de son équipe, le secrétaire d’Etat au Numérique Mounir Mahjoubi a demandé au Conseil national du numérique et à sa présidente Marie Ekeland de modifier son organigramme, rapporte Le Figaro ce jeudi. Raison invoquée ? La « sérénité » dont le Conseil a besoin pour travailler.

« La présidente du Conseil a pu, ce qui est inédit, composer son équipe, en intégrant des points de vue dont certains peuvent être différents de ceux de gouvernement », peut-on lire dans le communiqué du CNNum. « Cependant, eu égard encore une fois à l’ampleur des enjeux qui sont les siens, le Conseil National du Numérique a besoin de sérénité pour travailler, et les derniers échanges sur la composition du Conseil soulignent que ces conditions ne sont pas pleinement réunies. »

Rokhaya Diallo dénonce un « racisme d’Etat »

Et c’est la présence de la journaliste Rokhaya Diallo qui viendrait perturber cette sérénité, indique Franceinfo. Sa présence, un temps envisagée, a fait bondir la députée des Républicains Valérie Boyer. Dans un courrier adressé au Premier ministre Edouard Philippe, elle avait dénoncé des « contradictions » du gouvernement dans la composition du Conseil.

« Vous mettez en avant Rokhaya Diallo qui parle de "femmes racisées" et le rappeur Axiom qui associe les Français à des "porcs". », a-t-elle écrit. Le rappeur a d’ores et déjà fait savoir qu’il avait saisi son avocat pour donner « la suite judiciaire qu’il mérite » au courrier de l’élue.

Rokhaya Diallo, de son côté, dénonce un « racisme d’Etat ». « Je n’ai pas le droit de collaborer avec les institutions de mon propre pays parce que j’ose dire publiquement qu’elles sont imparfaites ? », a répondu Rokhaya Diallo à un internaute sur Twitter. Et la militante ajoute que sa nomination « n’est plus à l’ordre du jour ».