Le PS organisera son congrès les 7 et 8 avril à Aubervilliers

POLITIQUE Le Conseil national qui s'est tenu ce samedi après-midi a approuvé ces dates, ainsi que les modalités d'organisation du Congrès...

B.D. avec AFP

— 

Illustration: LE siège du Parti socialiste, 10, rue de Solferino, à Paris.

Illustration: LE siège du Parti socialiste, 10, rue de Solferino, à Paris. — SIPA

La date est fixée pour un événement qui s'annonce décisif. Le PS organisera son Congrès les 7 et 8 avril prochains à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), a annoncé le coordinateur du parti Rachid Temal, reconnaissant une forme de «clin d'oeil». «C'est un congrès important, qui fait qu'on reste dans l'Histoire ou pas. Moi je pense qu'on va y rester (..) On doit porter une vision aux Français», a souligné le sénateur du Val-d'Oise.

Le Conseil national qui s'est tenu ce samedi après-midi à l'Espace Charenton (Paris XIIe) a approuvé ces dates, ainsi que les modalités d'organisation du Congrès. Un vote militant devrait ratifier les conclusions de ce CN le 18 janvier.

Modalités

Se fondant sur les travaux de la commission statutaire chargée de réfléchir à l'organisation de l'événement, le Conseil national a décidé de simplifier la phase préparatoire au Congrès, même si un consensus s'est dégagé pour conserver le système des «motions» (des textes d'orientation dont le premier signataire a vocation à devenir premier secrétaire) et des «courants» (chaque courant étant représenté à la proportionnelle dans les instances dirigeantes du parti).

Les «contributions générales», préalables aux motions, seront supprimées, et ces dernières réduites à 50.000 signes. Les conditions pour déposer une motion seront relevées, chaque texte devant être signé par au moins 5% du Conseil national, soit 16 membres. Les sympathisants souhaitant voter pourront adhérer jusqu'au 31 décembre. Un nouveau Conseil national sera organisé le 27 janvier, au cours duquel seront déposées les motions ou «textes d'orientation». Un vote sur les textes d'orientation interviendra le 15 mars, et l'élection du premier secrétaire le 29 mars.

Carvounas, seul candidat déclaré

À moins de quatre mois du vote, les candidats au poste restent pour l'instant discrets... et pourraient le rester encore quelques semaines. Ancien bras droit de Manuel Valls, le député Luc Carvounas est pour l'heure le seul candidat déclaré. Il a entamé un tour de France des fédérations et prévoit de publier un livre en janvier. Une candidature jugée prématurée par des responsables du courant majoritaire du parti, qui s'activent en coulisse pour parvenir à un accord entre les candidats potentiels issus de ses rangs.

>> A lire aussi. Congrès du PS: Qui est Luc Carvounas, l’ancien vallsiste qui veut le «rassemblement de la gauche»?

«Quelle différence y a-t-il entre (l'ancien ministre de l'Agriculture) Stéphane Le Foll, (l'ancienne ministre de l'Education), Najat Vallaud-Belkacem, (le président du groupe PS à l'Assemblée) Olivier Faure, et (le conseiller régional) Julien Dray ?», s'interroge un ancien député, proche de François Hollande. «Il faudrait qu'ils se parlent (...) On est trop faibles pour se payer des débats fratricides. On court le risque d'une fracturation de la majorité», met-il en garde.

«Guerres d'ego»

Un texte, signé par quarante premiers fédéraux dont Rachid Temal et le premier fédéral de Paris, Emmanuel Grégoire, a été diffusé ce samedi matin auprès des socialistes, appelant chacun à «faire d'abord le choix de la responsabilité et des idées». «Sacrifier l'intérêt collectif en s'imaginant un destin personnel est une erreur : vis-à-vis des militants et des Français qui ne comprendraient pas, et vis-à-vis de soi-même, car cela serait voué à l'échec», affirme-t-il.

Présente ce samedi au Conseil national du PS, Najat Vallaud-Belkacem n'a à ce stade rien dévoilé de ses intentions. Mais beaucoup de responsables jugent qu'elle serait la mieux placée pour porter haut la voix du PS dans la période à venir. «Notre parti a trop souffert des guerres d'ego. Najat, elle, n'est pas marquée, elle n'a pas de courant, pas de tuteur en politique. Elle peut rassembler le parti autour d'elle», estimait récemment la maire de Rennes Nathalie Appéré.