En 2017, 55 ans après l’indépendance de l'Algérie, la colonisation demeure un sujet sensible dans le pays. En visite à Alger ce mercredi, Emmanuel Macron a pu le constater une nouvelle fois.

Après s’être recueilli devant le monument des martyrs de la Guerre d’Algérie, le président de la République est allé à la rencontre des Algérois. Alors qu’il remontait une rue du centre de la capitale à pied, il a été apostrophé par un jeune homme, au sujet de la colonisation.

«On a cette histoire entre nous»

« Il faut que la France assume son passé colonial vis-à-vis de l’Algérie », lance le jeune algérois sous le regard des caméras de Franceinfo. « Oui, ça y est, ça fait longtemps qu’elle l’a assumé », répond immédiatement Emmanuel Macron.

Mais l’échange ne s’arrête pas là. Le jeune relance, assurant que le président français « évite » le sujet. « Qui évite quoi ? J’évite de venir vous voir ?, rétorque le chef de l’Etat. J’évite de dire ce qui s’est passé ? Mais il s’est passé des choses, comme je l’ai dit… Il y a des gens qui ont vécu des histoires d’amour ici. Il y a des gens, Français qui aiment encore terriblement l’Algérie, qui ont contribué et qui ont fait des belles choses, il y en a qui ont fait des choses atroces. On a cette histoire entre nous mais moi j’en suis pas prisonnier ».

>> A lire aussi : A Alger, la jeunesse «frustrée» a «envie de changement»

« Votre génération doit regarder l’avenir »

Bien décidé à donner son point de vue au jeune homme, c’est Emmanuel Macron qui interroge à son tour le jeune : « Mais vous, vous avez quel âge ? ». En apprenant que cet Algérois est âgé de 26 ans, le président poursuit, sur un ton agacé : « Mais vous n’avez jamais connu la colonisation ! Qu’est-ce que vous venez m’embrouiller avec ça ? Vous votre génération, elle doit regarder l’avenir ».

Ce n’est pas la première fois que le président français est confronté au sujet de la colonisation en Algérie. Pendant la campagne électorale, il avait qualifié la colonisation de « crime contre l'humanité », provoquant une polémique en France.