Le chef de file de La France insoumise explique dans une vidéo pourquoi il n’a « rien à dire » sur la disparition de Johnny Hallyday​, disant aussi comprendre « qu’il y ait plein de gens à qui ça fasse du chagrin ».

>> A lire aussi : Hallyday n'était plus là, il était pourtant partout... C'était le jour de la mort de Johnny

« Sur Johnny, qu’est-ce que vous voulez que je dise moi ? », lance Jean-Luc Mélenchon en ouverture de sa « revue de la semaine », mise en ligne sur les réseaux sociaux au soir de l’annonce du décès du chanteur.

« Je comprends qu’il y ait plein de gens à qui ça fasse du chagrin »

« Quand on fait une notice nécrologique, qu’on parle de quelqu’un qui est mort, c’est soit pour dire "attention les gens, c’était quelqu’un d’important, il a écrit ceci, il a écrit cela", et c’est une manière de signaler aux gens l’importance de quelqu’un qui disparaît. Mais là, Johnny Hallyday, il n’a pas besoin de moi pour que on sache qu’il chantait des chansons qui ont marqué son époque, son temps et tout ça », explique-t-il.

« Donc moi j’ai rien à dire sur le sujet (…) en tout cas moi j’ai pas plus à dire que ceux qui sont en train de me regarder ».

>> A lire aussi : Les larmes émouvantes de Michel Drucker à la fin de son hommage au chanteur

« Je comprends qu’il y ait plein de gens à qui ça fasse du chagrin, pourtant ils ne le connaissent pas, ils ne lui ont jamais parlé, ils n’ont fait que écouter sa musique », affirme-t-il également. « Mais c’est un chagrin qu’on a sur la vie qui passe, sur la vanité des choses, sur tout ce qui dans notre propre existence personnelle a pu entrer en résonance avec les autres grâce à une musique ou une chanson ».

Contrairement à de nombreuses autres personnalités de tous bords, Jean-Luc Mélenchon n’avait pas réagi mercredi à l’annonce du décès de Johnny Hallyday.