Affaire Thévenoud: Hollande savait son ministre en délicatesse avec le fisc mais «pensait que c'était réglé»

PHOBIE ADMINISTRATIVE L’ancien chef de l’Etat aurait omis de vérifier que la situation de Thomas Thévenoud était bien régularisée avant de le nommer secrétaire d’État au Commerce extérieur…

D. D.

— 

L'ancien secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, Thomas Thevenoud

L'ancien secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, Thomas Thevenoud — BERTRAND GUAY / AFP

François Hollande était au courant que Thomas Thévenoud était en bisbille avec le fisc, révèle franceinfo ce mardi. Elu député en 2012, Thévenoud avait été pressenti pour entrer dans le gouvernement de Manuel Valls au printemps 2014. Ses soucis avec les services des impôts sont alors découverts et empêchent à l’époque sa nomination.

>> A lire aussi : Thomas Thévenoud condamné à 3 mois de prison avec sursis et un an d’inéligibilité pour fraude fiscale

C’est lors du remaniement d’août 2014 qu’il devient finalement secrétaire d’Etat au Commerce extérieur alors que sa situation fiscale demeure inchangée. François Hollande « pensait que c’était réglé », affirment plusieurs proches de l’ancien président.

Hollande montre la liste du gouvernement à Sapin, qui sursaute

En cause, « un rush incroyable », lors du remaniement en question se souvient un proche conseiller de Hollande interrogé par le site d’information. Qui rapporte cette situation cocasse : « Quelques minutes avant l’annonce du remaniement, l’ancien chef de l’Etat a montré la liste à son ami Michel Sapin, le ministre des Finances, qui a sursauté. "C’est bien réglé son affaire ?" a alors lancé François Hollande, tandis que Jean-Pierre Jouyet, le secrétaire général de l’Élysée, commençait a annoncer le nouveau gouvernement sur le perron ».

>> A lire aussi : Procès Thévenoud : L’ancien secrétaire d’État plaide une «part d’ombre irrationnelle» et une «défaillance»

L’ascension politique de Thomas Thévenoud a été brisée net par cette affaire. Neuf jours après sa nomination comme secrétaire d’Etat, le gouvernement avait annoncé sa démission le 4 septembre 2014. Il est ainsi le ministre le plus éphémère de la Ve République, avec Léon Schwartzenberg en 1988.

Thomas Thévenoud a mis fin à sa carrière politique. Il a en outre écopé en mai dernier de trois mois de prison avec sursis et d’une peine d’inéligibilité d’un an pour fraude pour avoir déclaré en retard ses revenus entre 2009 et 2013.