Caricature antisémite de Macron: «Ces fantasmes de collusion et caricatures n’ont rien de nouveau ni d’original»

POLITIQUE Un récent photomontage d’Emmanuel Macron reprend les codes visuels antisémites, un classique adressé aux gouvernants, estiment deux enseignants-chercheurs…

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Le président Emmanuel Macron le 17 novembre 2017 à  Gothenburg en Suède

Le président Emmanuel Macron le 17 novembre 2017 à Gothenburg en Suède — Alfonso Jimenez/Shutter/SIPA

  • Gérard Filoche, figure de l’aile gauche du Parti socialiste (PS), a publié puis supprimé vendredi un photomontage d’Emmanuel Macron sur Twitter.
  • Tiré d’un site d’extrême droite, celui-ci reprend des codes traditionnels de l’antisémitisme.
  • Ces attaques sont adressées régulièrement aux personnalités ayant du pouvoir, relèvent des enseignants-chercheurs.

Gérard Filoche, figure de l’aile gauche du Parti socialiste (PS), a publié puis supprimé vendredi un photomontage sur Twitter qui a suscité l’indignation. Tiré du site de l’essayiste d’extrême droite Alain Soral, celui-ci met en scène le président de la République Emmanuel Macron avec Patrick Drahi, président-fondateur d’Altice, le banquier Jacob Rothschild et l’économiste Jacques Attali. Une image qui reprend des codes antisémites.

Pour sa défense, l’ancien inspecteur du travail a écrit dans un nouveau tweet la « banalité » de l’association entre le président de la République et l’argent, avant d’évoquer, auprès de 20 Minutes, « une grosse connerie ». De nombreux politiques ont condamné l’image relayée par Gérard Filoche et le PS a annoncé samedi engager une procédure d’exclusion. La caricature antisémitique du gouvernant représente-elle une nouveauté ? Pourquoi cible-t-elle Emmanuel Macron ? Eléments de réponses avec deux enseignants-chercheurs…

Une image « d’une banalité affligeante »

Les références et sous-entendus du photomontage publié par Gérard Filoche verse-t-il dans l’originalité ? Pas du tout, répond Marie-Anne Matard-Bonucci, professeure d’histoire contemporaine à l’université de Paris VIII, membre de l’Institut universitaire de France et chercheuse associée au Centre d’histoire de Sciences-Po Paris. Tout un pan de l’imagerie antisémite du XIXe siècle y est recyclé. « Le photomontage utilisé par Gérard Filoche est d’une banalité affligeante. Elle reprend l’image du Juif associé au capitalisme fixée au milieu du XIXe siècle, que l’on retrouve alors tant à gauche qu’à l’extrême droite. L’idée du complot juif et l’image même du Juif est popularisée par la publication du Protocole des sages de Sion [publié en 1901], un véritable best-seller.

Le seul élément nouveau dans cette image est la présence du drapeau israélien. La dénonciation de l’Etat d’Israël, depuis 1948, est une manière relativement classique de critiquer les Juifs sans pour autant les nommer », précise cette spécialiste de l’antisémitisme. « Cette image reprend la construction d’une caricature de Rothschild publiée dans Le Rire [en 1898], avec une rotondité évoquant la domination du monde par un Juif », ajoute la professeure.

>> A lire aussi: Qui est Gérard Filoche?

« Emmanuel Macron, à tort ou à raison, est associé à une politique libérale »

Même chose pour l’association entre le président et la finance, qualifiée de « banale » par Gérard Filoche : le discours antisémite associe traditionnellement argent et pouvoir. « Emmanuel Macron, à tort ou à raison, est associé à une politique libérale. L’association au milieu d’affaires se fait facilement, et ainsi les attaques antisémites », souligne Marie-Anne Matard-Bonucci.

Une association qu’avait justement reprise une infographie du parti Les Républicains publiée pendant la campagne présidentielle et qui avait créé la polémique. Reprenant des codes antisémites, avec un personnage au nez crochu, haut de forme et cigare et argent, le visuel avait été rapidement modifié par l’équipe de communication du parti.

>> A lire aussi: Campagne présidentielle: Un visuel de Macron reprenant des stéréotypes antisémites publié par Les Républicains

Accusation d’un lien unissant pouvoir et puissances occultes

Comme Emmauel Macron, Nicolas Sarkozy, Jacques Chirac, François Mitterrand ont été caricaturés comme des marionnettes dont les fils seraient tirés par d’autres, que ce soient des lobbys juifs, des puissances occultes voire des extraterrestres… « De manière générale, il y a une suspicion de collusion entre les personnalités ayant du pouvoir, -que ce soit politique, ou du monde du spectacle par exemple-, et les francs-maçons, les Juifs ou les illuminati », rappelle le sociologue Pascal Froissart, maître de conférences à l’Université de Paris VIII, chercheur au Centre d’études sur les médias, les technologies et l’internationalisation.

>> A lire aussi: Interview: «Le conspirationnisme est devenu un phénomène de masse», selon ​Bruno Fay, auteur de «Complocratie»

« Ces fantasmes et caricatures n’ont là encore rien de nouveau ni d’original. Cela vise la religion, la sexualité supposée différente voire débridée de ces personnalités de pouvoir, ou encore leur intelligence supposée », liste ce chercheur spécialiste de la rumeur. Un imaginaire antisémite pluriel dans lequel « le Juif va corrompre, pervertir les mœurs », précise l’historienne Marie-Anne Matard-Bonucci, qui s’interroge : « Comment Gérard Filoche a-t-il pu récupérer cette image d’un site ouvertement négationniste et antisémite ? »