• Les 748 membres du Conseil du parti d'Emmanuel Macron ont élu samedi leur nouvelle direction.
  • Plus d'un tiers de ce Conseil était absent.

De nombreuses chaises étaient vides samedi dans l’espace « Confluences » du centre Eurexpo, à Lyon, où La République en marche avait réuni son Conseil. Ce « Parlement » du parti présidentiel était invité à voter pour désigner sa nouvelle direction. Le parti, qui n’a pas communiqué le nombre de participants le jour J, a confirmé ce lundi à 20 Minutes qu’un tiers du Conseil était absent samedi.

>> A lire aussi : VIDEO. LREM: Malgré la «Castamania», les marcheurs sont divisés sur la double casquette de Castaner

Combien de membres du Conseil sont-ils venus voter à Lyon ?

Les votes inscrits à l’agenda de ce rassemblement fondateur pour le parti macroniste se sont déroulés samedi matin, à huis clos. Le Conseil de LREM a élu le seul candidat, Christophe Castaner, « à l’unanimité des présents moins deux abstentions », a d’abord annoncé le parti par communiqué, sans donner le nombre total de votants. Mais dès l’annonce des résultats du vote sur les modalités de vote pour l’élection du bureau exécutif, il est devenu clair qu’une bonne partie des 748 membres du Conseil manquaient à l’appel. Le parti a en effet décompté « 277 membres du Conseil en faveur du vote à main levée et 239 en faveur du vote à bulletin secret », soit un total de 516 votants.

Pour l’élection du bureau, 521 membres ont voté selon le décompte du parti. Un nombre indiqué ce lundi comme étant le total provisoire des participants (le parti étant encore en train d’effectuer des recomptages ce lundi soir), et qui représente 70 % du Conseil. « Nous n’avons pas encore le détail de la répartition entre députés, ministres, et adhérents », précise LREM.

>> A lire aussi : Malgré la «Castamania», les marcheurs sont divisés sur la double casquette de Castaner

Qui a zappé le congrès ?

A première vue, 20 Minutes a constaté que l’absentéisme concernait toutes les catégories qui composent le Conseil. On a aperçu le député de l’Essonne Cédric Villani, valise à roulettes à la main, qui quittait la réunion juste avant l’élection du bureau exécutif, pour se rendre aux Assises de la mobilité du plateau de Saclay, « un sujet très important pour sa circonscription », explique son collaborateur parlementaire.

Les moins de 200 adhérents tirés au sort n’ont pas tous fait le déplacement, à l’instar de Magali Tranchant, idem pour les élus locaux, comme le maire Cyrille Marques (tous deux candidats sur la liste 1 pour le bureau exécutif) et les référents territoriaux. Quant aux membres du gouvernement - presque tous membres de droit du Conseil-, ils ne sont bien sûr pas tous venus.

Pourtant, les frais de déplacement étaient intégralement pris en charge par le parti pour ceux qui résident à l’étranger ou dans les Outre-mer. Pour les autres, la prise en charge était variable en fonction de leur éloignement de Lyon. Elle pouvait grimper à 200 euros.

L’absence d’un tiers du Conseil pose-t-elle problème ? 

On ne s’en formalise pas outre mesure chez LREM. « C’est toujours compliqué de réussir à faire venir tout le monde le même jour, au même endroit », évacue le parti qui dit avoir été prévenu de l’absence « d’un certain nombre » des membres, dont de nombreux députés, qui représentent le premier contingent du Conseil (313). « C’était le week-end, certains avaient des obligations personnelles ou bien professionnelles : il y avait une séance à l’Assemblée samedi », souligne le parti.

Mais pour certains Marcheurs, cet absentéisme pose problème, en particulier dans les rangs des partisans du vote à bulletin secret. Les 227 membres du Conseil absents n’auraient pas pu faire basculer le vote pour le délégué général, élu avec plus de 500 voix, mais ils auraient pu faire basculer le scrutin sur le vote à main levée ou à bulletin secret, qui s’est joué à 38 voix. « Il nous manquait si peu pour obtenir le vote à bulletin secret… », se lamente encore ce lundi un membre d’une liste pour le bureau exécutif défaite samedi, contacté par 20 Minutes. « Comment voulez-vous être libre de voter quand vous avez une caméra d’En marche braquée sur vous ! »

L’absence d’un tiers des membres lors de scrutins sans possibilité de procuration ou de vote par Internet fait en tout cas un peu tache pour ce tout premier congrès du parti macroniste.