VIDEO. Contrats aidés, services publics, emplois francs... Les propositions d'Emmanuel Macron pour les quartiers populaires

DISCOURS A Tourcoing, ce mardi, Emmanuel Macron a appelé à une « mobilisation nationale pour les villes et pour les quartiers »...

D. D.

— 

Le président de la République Emmanuel Macron à Tourcoing le 14 novembre 2017.

Le président de la République Emmanuel Macron à Tourcoing le 14 novembre 2017. — FRANCOIS LO PRESTI

Emmanuel Macron était en déplacement ce mardi à Tourcoing dans le Nord. Il a appelé à une « mobilisation nationale pour les villes et pour les quartiers » et a fait plusieurs annonces dans le cadre de la relance de la politique de la ville. 20 Minutes vous résume ses principales propositions.

Des contrats aidés pour les quartiers. Le président de la République s’est emporté ce mardi contre les auteurs des critiques sur la suppression massive du nombre de contrats aidés, lançant : « Que ceux qui les défendent les prennent ! Ils n’en voudraient pas pour eux-mêmes ! », a-t-il clamé. Le gouvernement s’était attiré de nombreuses critiques en décidant cet été de réduire le nombre de contrats aidés, les limitant à 280.000 en 2017. « C’est un contrat à court terme subventionné par l’Etat. Sans qualification, sans formation », a expliqué Macron, annonçant que ces contrats allaient « prioritairement » être affectés aux territoires « les plus fragiles ».

>> A lire aussi : Bouches-du-Rhône: Le département s'engage à sauver 300 contrats aidés dans les collèges

Stage de troisième et internats d’excellence. Les principaux des collèges devraient désormais avoir pour mission d’aider les élèves de troisième à trouver un stage. Le président a aussi annoncé le renforcement des internats d’excellence « dans les zones rurales et dans les zones urbaines où le contexte menace la réussite scolaire ». Un « conseil présidentiel » sur la politique de la ville devra aussi voir le jour, constitué de « jeunes issus des quartiers ayant réussi leur vie professionnelle ». Le but affiché est que ces derniers partagent leur expérience.

Les emplois francs version Macron. Ils seront testés dans des dizaines de quartiers dès 2018. Les entreprises qui embauchent des jeunes issus des quartiers populaires recevront ainsi des primes. 15.000 euros pour un CDI (échelonné sur trois ans) et 5.000 euros pour un CDD (échelonné sur deux ans). Ce dispositif concernera 10.000 emplois pour un coût total de 180 millions d’euros pour 2018.

>> A lire aussi : Rapport sur les inégalités: Le chemin de croix des jeunes pour décrocher un emploi stable

Un renforcement des services publics. Emmanuel Macron a annoncé vouloir renforcer les services publics de proximité et notamment La Poste. Les maisons de santé devraient aussi voir leur nombre doubler.

Lutte contre les discriminations à l’embauche. Le locataire de l’Elysée a appelé à un renforcement des contrôles de l’Inspection du travail afin de faire respecter la loi et notamment l’interdiction de discriminer les demandeurs d’emploi. Le système des « testing » va en outre être généralisé. Il s’agit d’envoyer deux CV identiques à une entreprise en incluant dans l’un des critères potentiellement discriminants (âge, adresse, nom de famille, sexe). Il est question que les résultats de ces tests soient ensuite publiés afin de mettre sur la place publique les entreprises mauvaises élèves. C’est le principe américain du « name and shame » (nommer et blâmer).

>> A lire aussi : Discriminations à l’embauche: Le Conseil d’Etat ordonne de mettre en œuvre la loi sur le CV anonyme

Une police de sécurité du quotidien. La police de sécurité du quotidien, nouvelle mouture de la police de proximité, sera déployée essentiellement sur les quartiers en difficultés. Le chef de l’Etat a évoqué une création de 10.000 emplois dans la police et la gendarmerie.