30 ans après la loi, où en est l'emploi des personnes handicapées?

Avancement Le 10 juillet 1987, la loi en faveur des travailleurs handicapés (TH) était votée...

Sylvie Laidet

— 

Le chômage des PH est à 19%, soit le double de celui de la population active.

Le chômage des PH est à 19%, soit le double de celui de la population active. — Pouzet/Sipa

Triste anniversaire! Trente ans après le vote de la première loi en faveur de l’emploi des personnes handicapées (PH), imposant aux employeurs privés et publics de vingt salariés et plus 6% de travailleurs handicapés (TH), le compte n’y est toujours pas. Dans le secteur privé, ce taux est de 3,3% en tenant uniquement compte des emplois directs de PH.

Autre donnée qui plombe un peu plus l’ambiance: le taux de chômage des PH (19%). Soit toujours près du double de celui de la population active globale. «Les personnes handicapées restent en moyenne 200 jours de plus au chômage que les personnes valides», ajoute Anne Baltazar, présidente de l’Association de gestion du fonds pour l’insertion des personnes handicapées (Agefiph), l’organisme chargé de collecter les contributions des entreprises qui ne respectent pas la loi handicap. La faute à qui? A quoi? «On bute encore sur la question de la représentation du handicap. Beaucoup d’employeurs pensent qu’il est trop compliqué, trop cher et donc impossible d’embaucher des personnes en situation de handicap», observe-t-elle.

Se former reste difficile

A cela s’ajoute un déficit chronique de formation. «75% des demandeurs d’emploi handicapés n’ont pas le bac, contre 55% tous publics confondus», illustre-t-elle. Dans un pays où le diplôme reste le sésame pour décrocher un job, les candidats handicapés se retrouvent de fait sur le bord du chemin. Le manque d’accessibilité des entreprises, des administrations mais aussi des établissements scolaires, freine également l’accès à l’emploi des PH.

Et puis, le millefeuille administratif pour embaucher un PH n’est pas pour alléger le problème. De l’autre côté de la barrière, les dispositifs d’aide à la recherche d’emploi (et au maintien dans l’emploi) à destination des PH ne sont pas non plus ultra lisibles, ni simples d’utilisation. Au contraire. Toutefois, on note quand même quelques raisons de se réjouir. D’abord le taux d’entreprises à quota zéro, c’est-à-dire n’effectuant aucune action positive en faveur de l’emploi des PH, a sérieusement chuté. Il est aujourd’hui de 9% contre 29% en 2006. Plus d’un quart des entreprises assujetties à l’obligation d’emploi des TH en comptent directement 6% (ou plus). Enfin, la fonction publique affiche un taux d’emploi de PH de 5,32%. Un record historique qui flirte avec l’obligation légale!

Mots-clés :