VIDEO. Croix de Ploërmel: Nadine Morano dégaine une pétition pour inscrire «les racines chrétiennes dans la Constitution»

LAICITE La députée européenne Les Républicains en a « assez d’assister à une chasse aux croix et aux crèches »…

Alexia Ighirri

— 

Croix de Ploërmel: Nadine Morano lance une pétition pour inscrire «les racines chrétiennes dans notre Constitution» (Archives)

Croix de Ploërmel: Nadine Morano lance une pétition pour inscrire «les racines chrétiennes dans notre Constitution» (Archives) — TRISTAN REYNAUD/SIPA

Ce mercredi matin sur France Info, on a eu affaire à Nadine Morano la pétitionnaire. Entre deux réactions sur la politique d’Emmanuel Macron, sur l’exclusion des « Constructifs » du parti Les Républicains, la députée européenne (LR) a annoncé avoir lancé une pétition. L’objectif ? « Inscrire dans la Constitution les racines chrétiennes de la France ». Pourquoi l’élue en est-elle arrivée là ? Décryptage.

Une décision du Conseil d’Etat. La pétition de Nadine Morano est liée à un fait d’actualité. A savoir, la décision du Conseil d’Etat ordonnant le retrait de la croix surplombant la statue de Jean-Paul II à Ploërmel (Morbihan). Et ce, au nom du respect de la loi de 1905 sur la laïcité qui « interdit d’élever ou d’apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public ».

>> A lire aussi: «Des croix, il y en a partout et cela n’a jamais embêté personne»

Et ça a mis Nadine Morano en rogne. En colère, l’élue LR a répliqué : «  J’ai lancé une pétition pour que soient inscrites les racines chrétiennes dans notre Constitution ». L'ordre du conseil d'Etat a finalement été perçu comme la goutte d’eau qui a fait déborder le vase pour celle qui confirme à 20 Minutes être « excédée » d’assister à « une chasse aux croix et aux crèches ». Qui n’aurait pas lieu, selon le texte de la pétition en ligne, « si les racines chrétiennes de la France qui sont incontestables » étaient constitutionnalisées.

Et de poursuivre : « J’ai eu le maire de Ploërmel au téléphone. Ça devient fou ce qu’il se passe en France ! On demande d’enlever l’arche parce qu’il y a une croix dessus, mais on peut laisser la statue parce que le Pape est aussi un chef d’Etat. On dissocie une œuvre d’art… On est tombé sur la tête ! »

Mais Christine Boutin aime ça. L’initiative, très commentée, a divisé sur les réseaux sociaux. Mais l’eurodéputée peut, entre autres, compter sur le soutien de… Christine Boutin. La néoretraitée de la vie politique a félicité Nadine Morano et précisé qu’elle avait déjà tenté une telle inscription. Avant d’essuyer un refus de Jacques Chirac.

Déjà favorable à l’époque, l’eurodéputée rappelle qu’elle avait proposé cette constitutionnalisation lors de sa candidature à la primaire de la droite pour la présidentielle. Elle a donc, cette fois, opté pour la pétition. Reste à savoir si cette initiative peut connaître un meilleur sort que celle de Christine Boutin.

Pourquoi une pétition ? D’ailleurs que va faire Nadine Morano de cette pétition ? Qui va-t-elle trouver avec son paquet de signatures sous le bras ? Elle explique qu’elle espère surtout « permettre une prise de conscience » et « un retentissement important » pour faire comprendre au plus grand nombre que « la France est un Etat laïque mais qu’il a des racines chrétiennes que personne ne peut nier. Il s’agit d’un cercle culturel. Pour ne plus faire d’histoires, disons-le à travers la constitution. Chacun à travers sa religion peut le comprendre. »

Une pétition qu’elle a lancée le jour de la Toussaint « qui une fête de tradition catholique. Mais quand c’est férié, il n’y a pas de problème », glisse dans un sourire celle qui voit dans l’inscription des racines chrétiennes dans la Constitution une manière de finir « avec ces querelles, avec ces laïcards extrémistes ».

République laïque schizophrène ? Voilà la réponse qu’apporte Nadine Morano à celles et ceux qui s’opposent à son initiative, lui rétorquant que la France est une République laïque : « Ce n’est pas une question de religion, c’est culturel !, répète-t-elle. Chacun a le droit de pratiquer sa religion mais pas de gommer nos racines. La France, c’est la fille aînée de l’Eglise »

« Le pays est déstabilisé sur ses fondements », ajoute l’élue lorraine, visiblement meurtrie.

« Je suis née plus de 50 ans après le vote de cette loi (de 1905). Eh bien quand j’étais jeune, on fêtait Noël à l’école publique, on faisait des œufs de Pâques… Tout le monde vivait en harmonie, avec nos racines chrétiennes. Tout le monde était content de fêter Noël, d’être en vacances à Noël, de faire l’arbre de Noël même à l’école. »

Elle se souvient : « Tout le monde vivait ensemble, quelle que soit sa religion, ou que l’on soit athée ou non. Ça n’a pas posé de problème pendant 84 ans. Personne ne se posait la question. Alors fichez-nous la paix ou aller voir ailleurs ! ».

Pendant 84 ans et puis ? « En 1989, la décadence est arrivée avec le problème du voile à l’école, juge Nadine Morano. Il y avait de la provocation à vouloir l’imposer, on a été obligé de légiférer. C’est aujourd’hui que ça se joue. Il y a une pression sur la culture chrétienne, on se sert de la laïcité. Notre cohésion nationale est d’une fragilité incroyable. Ça va mal se finir tout ça ! », prédit celle qui « ne pouvait plus laisser faire ».