Fin de l'état d'urgence: Désarmer la France est «criminel», selon Marine Le Pen

SECURITE « Emmanuel Macron affaiblit notre capacité de riposte et de prévention » affirme Marine Le Pen dans un communiqué...

20 Minutes avec AFP

— 

Marine Le Pen à l'Assemblée nationale le 29 juin 2017.

Marine Le Pen à l'Assemblée nationale le 29 juin 2017. — AFP

La présidente du Front National Marine Le Pen, en réagissant au « nouvel événement tragique » de l’attentat survenu à New York, a affirmé ce mercredi dans un communiqué que « désarmer » la France était « criminel ».

« Alors que Donald Trump a immédiatement annoncé le renforcement du programme de contrôle des étrangers voulant entrer aux Etats-Unis, Emmanuel Macron affaiblit notre capacité de riposte et de prévention », indique la présidente du Front national, faisant référence à la loi antiterroriste qui entre en vigueur ce mercredi et prend le relais de l’état d’urgence décidé dans la foulée des attentats de novembre 2015.

L'« outil » de l’état d’urgence « largement sous utilisé

« Tandis que nos responsables politiques se voilent la face, quand ils ne se font pas complices, les islamistes radicaux, eux, sont ouvertement en guerre contre notre civilisation et nos valeurs. Les New-Yorkais en ont une nouvelle fois fait la triste expérience hier. Désarmer la France alors que notre pays court de grands dangers est criminel », poursuit Marine Le Pen.

>> A lire aussi : De l'état d'urgence à la loi antiterroriste, qu'est-ce qui va vraiment changer?

Alors que l'« outil » de l’état d’urgence a été « largement sous utilisé, il ne faudra pas compter sur la loi dite "de sécurité intérieure et de lutte contre le terrorisme" pour mener le nécessaire combat contre le fléau de l’islam politique et de l’islamisme radical », a insisté la dirigeante FN.

Le chauffeur d’une camionnette a fauché des cyclistes et des passants mardi à Manhattan, faisant huit morts - dont cinq Argentins et une Belge -, et 11 blessés, dans le premier attentat meurtrier à New York depuis 2001.