Parité politique: «De graves inégalités» en Europe, du mieux en France

SOCIETE Seulement deux pays européens ont atteint l'objectif de 40% de femmes députées, mais la France s'en rapproche...

20 Minutes avec AFP

— 

Coralie Dubost, candidate LREM élue sur la troisième circonscription de l'Hérault

Coralie Dubost, candidate LREM élue sur la troisième circonscription de l'Hérault — C. D.

Peut mieux faire, doit mieux faire. De graves inégalités persistent en matière de représentation des femmes dans la prise de décisions politiques et publiques, relève le Conseil de l’Europe, qui demande aux 47 Etats membres de faire plus dans un rapport publié mardi.

Parlementaire, maire, chef d’Etat ou de gouvernement, magistrat ou diplomate : les pays européens restent éloignés de l’objectif d’une participation équilibrée des femmes dans les domaines législatifs, exécutif et judiciaire, souligne la commission pour l’Egalité de genre (GEC) du Conseil de l’Europe.

Finlande et Suède meilleurs élèves

Dans ce rapport qui pointe la situation dans 46 des 47 pays du Conseil au 1er janvier 2016, la commission demande aux Etats de « maintenir et donner un nouvel élan à l’engagement pris » d’atteindre au minimum 40 % de représentation pour chaque sexe dans ces domaines.

« Seuls 2 des 46 pays étudiés, la Finlande et la Suède, ont atteint l’objectif d’un taux de participation des femmes d’au moins 40 % à la chambre basse ou unique du parlement en 2016 », constate la GEC. Et aucun Etat n’a atteint cet objectif au sein des chambres hautes (23,9 % d’élues).

Des progrès en France

En 2017, il y a cependant eu du mieux, notamment en France, qui compte désormais 39 % de députées à l’Assemblée, contre 27 % en 2012. Désormais, la France est classée en 17e position dans le monde et en 5e en Europe sur les pays comptant le plus de femmes élues à la chambre basse du Parlement.

Malgré « quelques évolutions positives » au sein du pouvoir judiciaire, là aussi, très peu de pays ont atteint l’objectif de 40 %. Dans les hautes cours et cours suprêmes le taux de femmes était de 33 % en moyenne, de 28 % dans les conseils supérieurs de la magistrature, 26 % dans les cours constitutionnelles.

Les inégalités touchent aussi les carrières diplomatiques. « En 2016, certains pays n’avaient aucune femme diplomate dans certaines des fonctions » avec un taux de 13 % parmi les ambassadrices. La commission demande aux Etats « d’adopter des stratégies, des politiques et des mesures législatives » pour mettre en oeuvre une recommandation spécifique du comité des ministres du Conseil, adoptée en 2003.

Mots-clés :