«Il est complètement fou de sa propre image, obsédé par lui-même», le tacle de Sapin à Mélenchon

PUNCHLINE Michel Sapin a pris le parti de Manuel Valls après les révélations du « Canard enchaîné »…

Laure Gamaury

— 

Les chaussettes roses de Michel Sapin font parler le web

Les chaussettes roses de Michel Sapin font parler le web — Michel Euler/AP/SIPA

Traiter Manuel Valls de « nazi » n’est a priori pas du goût de Michel Sapin. L’ancien ministre de l’Economie a peu apprécié les révélations du Canard enchaîné sur les relations tendues et les échanges peu élogieux dans l’Hémicycle entre son ancien chef, Manuel Valls, et le leader de la France insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon.

Invité sur franceinfo ce jeudi, Michel Sapin a tout bonnement lancé : « Jean-Luc Mélenchon finira par mourir politiquement de son incapacité à maîtriser sa parole ». Loin d’en avoir fini avec l’une des figures de l’opposition au gouvernement actuel, Michel Sapin persiste et signe : il « ne maîtrise plus rien. Il est complètement fou de sa propre image, obsédé par lui-même ».

>> A lire aussi : Nazigate: Mais que s’est-il vraiment passé entre Manuel Valls et Jean-Luc Mélenchon?

« Il est dans la grossièreté et l’injure comme arguments »

Discret après l’élection présidentielle remportée par Emmanuel Macron, son successeur à Bercy est finalement sorti de sa réserve pour s’en prendre d’abord au… chef de l’Etat. Michel Sapin lui a notamment reproché ses critiques directes de sous-évaluation budgétaire.

Mais cette fois, la guéguerre de Jean-Luc Mélenchon avec Manuel Valls semble avoir véritablement agacé l’ex-ministre de l’Economie. Il a aussi ajouté : « La manière dont il (Mélenchon) a traité Manuel Valls est insupportable. En politique, on finit par payer l’accumulation des injures, l’accumulation des gros mots, l’accumulation des grossièretés. Jean-Luc Mélenchon est dans l’imprécation continuelle, il est dans la grossièreté et l’injure comme arguments. Cela n’a jamais permis de faire avancer les idées. Cela fait avancer les crispations, approfondir des blessures, des cassures au sein de la gauche de manière générale et cela ne fait que dévaloriser sa parole ».