Pas d'université de rentrée pour Sens commun après la polémique sur Marion Maréchal-Le Pen

POLITIQUE Laurent Wauquiez, Bruno Retailleau et Daniel Fasquelle avaient notamment annulé leur venue...

C. Ape.

— 

Des militants de Sens commun en novembre 2014 à Paris

Des militants de Sens commun en novembre 2014 à Paris — DOMINIQUE FAGET / AFP

Marche arrière pour Sens commun. Le mouvement né de La Manif pour tous, et rattaché à la formation politique des Républicains, a annulé sa « journée de la France silencieuse » (son université de rentrée), rapporte ce jeudi L’Opinion.

Au programme de cette journée, des tables rondes en présence notamment de Laurent Wauquiez, Bruno Retailleau et Daniel Fasquelle. Laurent Wauquiez a déjà prévenu : « Si je suis élu (à la tête des Républicains), notre ligne sera très claire. Il n’y a aucune alliance avec des élus du Front national et tous ceux qui ne partagent pas cette ligne ne feront pas partie de mon équipe. »

Pas de main tendue au FN

Mais ces derniers ont annulé leur venue après les propos de Christophe Billan, président de Sens commun, qui a entrouvert la porte à Marion Maréchal-Le Pen. « Si Marion Maréchal-Le Pen vient demain avec ses idées rejoindre une plateforme, cela ne me posera aucun problème. Mais si elle est plus Le Pen que Marion, j’aurai un souci », avait-il affirmé au mensuel L’Incorrect.

Dans un communiqué, le mouvement a fait marche arrière. « Cette volonté de dialoguer, qui seule peut permettre à la droite de dépasser ses limites actuelles et de regagner l’adhésion de ses électeurs, a été interprétée par certains médias comme une main tendue au Front national. Non, Sens Commun ne tend pas et ne tendra jamais la main au Front national », s’est défendu le mouvement.

Selon L’Opinion, l’annulation a été décidée ce jeudi, dans le cadre d’une « réunion stratégique » convoquée « en urgence ».