VIDEO. L’appel de Marine Le Pen aux électeurs de François Fillon qui n’a jamais vu le jour

PRESIDENTIELLE Selon des cadres du Front national, la non-diffusion des images est le fait de Florian Philippot…

C. Ape.

— 

Collage Sipa/20 Minutes avec les candidats Marine Le Pen (FN) et François Fillon (Les Républicains)

Collage Sipa/20 Minutes avec les candidats Marine Le Pen (FN) et François Fillon (Les Républicains) — Collage Sipa/20 Minutes

La vidéo ne sera jamais diffusée. Marine Le Pen prévoyait de lancer un appel aux électeurs de François Fillon, battu lors du premier tour de la présidentielle, révèle l’Obs ce jeudi. Comme l’appel lancé aux électeurs de Jean-Luc Mélenchon, celui aux électeurs de François Fillon aurait pris la forme d’une vidéo postée sur Twitter, souligne l’hebdomadaire sur son site internet.

>> A lire aussi : Y a-t-il un malaise Marine Le Pen ?

Mais pourquoi ces images sont-elles restées au placard ? Selon des cadres du Front national, la non-diffusion des images est le fait de Florian Philippot, qui a récemment claqué la porte du FN. Des accusations fausses selon le principal concerné.

La vidéo n’a pas été tournée « faute de temps », assure Philippot

« C’est la décision de Florian Philippot. Cette vidéo a été caviardée », assure un proche de Marine Le Pen. Celui qui était alors vice-président du FN « était opposé à cette vidéo et voulait exclusivement que l’on parle aux électeurs de Mélenchon ».

>> A lire aussi : Le roman-photo de l’amitié perdue entre Le Pen et Philippot

Dans l’entourage de celui qui est aujourd’hui à la tête des Patriotes, on ne nie pas l’existence du projet. « Mais en réalité, il n’y a pas eu de débat. Il fallait évidemment que l’on s’adresse aux électeurs de la France insoumise », explique-t-on.

De son côté, Florian Philippot revendique la paternité des deux projets. « Ce qui vous a été dit est totalement faux. C’est moi qui ai eu l’idée de ces deux vidéos. La seconde devait être tournée, et ne l’a pas été simplement faute de temps. Toute autre version est une reconstruction a posteriori pour nuire », dit-il à l’Obs.

Se tourner vers les Insoumis, « erreur politique majeure »

Pour l’un des cadres du parti, en se tournant vers les électeurs de Jean-Luc Mélenchon, la cheffe de file frontiste aurait commis « l’erreur politique majeure de l’entre-deux tours ». « Il aurait fallu parler aux électeurs de François Fillon. C’était ce qu’il fallait faire. Cela aurait été logique. On ne partage rien avec l’électorat de Jean-Luc Mélenchon. Alors que l’électorat de François Fillon était beaucoup plus réceptif. »

>> A lire aussi : Pourquoi le Front national se sent-il obligé de régler ses problèmes sur Twitter?

Selon une enquête Ipsos Steria réalisée au lendemain de la victoire d' Emmanuel Macron, il apparaît que Marine Le Pen (33,9 % des voix) a bénéficié du vote de 20 % des électeurs de François Fillon contre seulement 7 % des électeurs du leader de la France insoumise, rappelle l’Obs.

C’est pourtant bien aux Insoumis que s’adresse Marine Le Pen le 28 avril sur Twitter, appelant à faire « barrage à Macron ».

Saluant la campagne « respectable » de Jean-Luc Mélenchon la frontiste appelait les Insoumis à « les querelles et les divergences de côté ». « Nous aurons l’occasion, après l’élection, de reprendre les discussions sur les sujets de fond. Mais combattons aujourd’hui sur ce point crucial : il n’est pas possible de laisser les manettes de la France à Emmanuel Macron », arguait-elle.