Sa proximité avec Sens Commun pourrait-elle lui coûter la présidence des Républicains ? Alors qu’il est désormais officiellement en lice pour prendre les rênes du parti en décembre, Laurent Wauquiez est déjà attaqué par le maire de Nice, Christian Estrosi. Ce dernier a envoyé une lettre à Bernard Accoyer, le secrétaire général de LR, que s’est procuré un journaliste de LCI, où même sans nommer le favori des sondages, il exprime clairement sa volonté de l’exclure.

« Depuis plusieurs semaines, notre mouvement a pris l’habitude d’inscrire à l’ordre du jour de son bureau politique des procédures d’exclusion, motivées par des accusations de trahison de notre mouvement. Pourtant, aujourd’hui, au sein même de notre parti, certains affichent au grand jour une proximité assumée avec des mouvements proches des idées de l’extrême droite, si éloignés des valeurs fondatrice de notre famille ».

>> A lire aussi : «Procédés staliniens», «coupeurs de têtes»... Les Républicains divisés sur la possible exclusion des «Macron-compatibles»

Clairement ciblé

Christian Estrosi fait clairement référence à l’appel du pied de Sens commun, mouvement issu de La Manif pour Tous dans les rangs LR, à Marion Maréchal-Le Pen. Or, Laurent Wauquiez est réputé proche du mouvement Sens Commun.

Ce n’est pas une première pour Christian Estrosi qui avait déjà par le passé demandé l’exclusion du parti de Sens Commun. Et à l’heure où les Républicains tentent de faire le ménage parmi les Macron-compatibles, le maire de Nice en profite pour enfoncer le clou : « Dans un esprit de clarification, je veux à mon tour vous demander d’inscrire à l’ordre du jour de notre prochain bureau politique l’exclusion de ceux, en particulier les cadres dirigeants, qui ont entretenu le doute sur leur positionnement vis-à-vis du Front national lors des dernières élections présidentielles [sic] et législatives, et qui continuent d’afficher une collusion malsaine avec ces idées écœurantes et ceux qui les défendent ».

Cette ultime pique ne laisse aucun doute sur la personne visée : Laurent Wauquiez était un ardent défenseur lors du second tour de la présidentielle du vote « contre Marine Le Pen » et non « pour Emmanuel Macron ».