Stéphane Bouillon devient le nouveau préfet du Rhône

NOMINATION Ce proche d’Emmanuel Macron, qui était préfet de PACA, remplace Henri-Michel Comet, limogé mardi soir par Gérard Collomb…

C.G.

— 

Stéphane Bouillon, préfet du Bas-Rhin et de la région Alsace.

Stéphane Bouillon, préfet du Bas-Rhin et de la région Alsace. — G. Varela \ 20 Minutes

L’annonce a été faite ce mercredi matin en conseil des ministres. Stéphane Bouillon, qui était préfet de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca), rejoint Lyon. Il a été nommé préfet du Rhône et de la région Rhône-Alpes, en remplacement d’Henri-Michel Comet, limogé mardi soir par Gérard Collomb.

L’homme a été démis de ses fonctions à la suite d’un rapport administratif pointant de « graves dysfonctionnements » dans l’affaire des deux jeunes filles tuées le 1er octobre à Marseille. Il n’est pas le seul. Xavier Inglebert, son secrétaire général, a également été prié de rendre son tablier.

>> A lire aussi : Pour Laurent Wauquiez, le préfet du Rhône, viré par Collomb, est une «victime expiatoire»

Ahmed Hanachi, qui a assassiné les deux cousines, avait été interpellé deux jours plus tôt à Lyon après avoir volé un pull dans un centre commercial. Il avait été relâché le lendemain. Bien qu’en situation irrégulière, il n’avait pas reçu d’OQTF, obligation de quitter le territoire français, délivrée habituellement par les services de l’Etat.

Un proche de Macron

Stéphane Bouillon, 60 ans, est un proche d’Emmanuel Macron. Il lui a prêté sa résidence privée lorsque le président de la République et son épouse sont venus passer quelques jours de vacances à Marseille cet été.

Passé par la région Alsace et la Corse notamment, il a également été directeur de cabinet de Claude Guéant au ministère de l’Intérieur de 2011 à 2012. A cette période-là, il avait d’ailleurs été condamné à 800 euros d’amende avec sursis pour avoir validé, en avril 2012, un communiqué de presse qui présentait par erreur un individu comme terroriste. C’était juste après l’affaire Merah.

Jean-Claude Gaudin, le maire de Marseille, a salué son action. « Nous perdons un grand préfet », a-t-il indiqué.