La droite affûte sa stratégie anti-Macron en partant des territoires ruraux

POLITIQUE Une mission « La France des territoires » a été confiée par le groupe Les Républicains aux députés de droite Damien Abad et Guillaume Peltier…

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Collage 20 Minutes/Sipa des députés Les Républicains Damien Abad et Guillaume Peltier

Collage 20 Minutes/Sipa des députés Les Républicains Damien Abad et Guillaume Peltier — 20 Minutes/Sipa

  • Une mission « La France des territoires » a été confiée aux députés de droite, Damien Abad et Guillaume Peltier, par le groupe Les Républicains à l’Assemblée nationale.
  • Cette mission va organiser 13 déplacements en région à la rencontre d’acteurs locaux.
  • Par ses prises de position, la droite semble vouloir faire des territoires ruraux son cheval de bataille contre le président Emmanuel Macron.

Après l’échec à la présidentielle et aux législatives, la droite souhaite « une reconquête politique à partir des territoires », car « si on avait été excellents, on aurait été majoritaires ». Le constat, signé ce mercredi matin par Christian Jacob, président du groupe Les Républicains (LR) à l’Assemblée nationale, se traduit par une mission confiée aux députés Damien Abad (Ain) et Guillaume Peltier (Loir-et-Cher).

Intitulée « La France des territoires », cette mission d’une vingtaine de parlementaires LR va organiser treize déplacements dans treize régions d’ici septembre 2018. Des rencontres avec des acteurs locaux sont programmées pour trouver des solutions face « à l’angoisse et la désespérance », selon Guillaume Peltier. Direction le Jura et le Doubs ces mercredi et jeudi pour les deux jeunes députés, accueillis par leurs homologues Jean-Marie Sermier et Annie Genevard. Un livre blanc et la tenue « d’assises de la France et des territoires » clôtureront les travaux, en juin ou en septembre 2018.

Macron « biberonné à la banque Rothschild »

« Nous estimons que la droite a des messages à envoyer à cette France des territoires ruraux, périurbains qui se sentent délaissés par les politiques publiques et la politique d’Emmanuel Macron », tranche Damien Abad. Un chef d’Etat de « l’hypercentralisation », accusé d’être « biberonné à la banque Rothschild », serait insensible aux territoires ruraux selon l’élu de l’Ain.

Ces « communes de moins de 10.000 habitants où vivent 51 % des Français » – et où le vote pour le FN est le plus important - pourraient représenter l’un des grands chevaux de bataille de la droite durant le quinquennat. Et pas seulement à l’Assemblée nationale. C’est sur ce thème de porte-voix des élus locaux que la majorité de droite vient d’être reconduite au Sénat le 24 septembre, et Gérard Larcher réélu le 2 octobre à la présidence de la chambre haute.

>> A lire aussi: Baisse des dotations: Les régions claquent la porte de la Conférence des territoires

En régions aussi, l’argument d’un fossé supposé entre l’Elysée et les territoires est utilisé par la droite. Xavier Bertrand, président LR des Hauts-de-France, a estimé mardi à sa sortie de l’usine Whirlpool à Amiens : « Emmanuel Macron et son gouvernement croient-ils aux territoires ? Est-ce qu’on ne croit qu’aux métropoles ? [L’ancien Premier ministre socialiste] Bernard Cazeneuve, lui, avait fait un sacré boulot pour les territoires ». Un commentaire que n’aura pas entendu Emmanuel Macron. Le président était toujours dans l’usine à parler avec les salariés, cinq mois après sa visite houleuse du 26 avril en tant que candidat à la présidentielle.