VIDÉO. A quoi ressemble le Sénat après les élections?

CHAMBRE HAUTE Les 102 nouveaux sénateurs feront prochainement leur entrée à la chambre haute…

20 Minutes avec AFP

— 

Des personnes sur un escalier du Sénat dans le palais du Luxembourg le 16 novembre 2016

Des personnes sur un escalier du Sénat dans le palais du Luxembourg le 16 novembre 2016 — LIONEL BONAVENTURE / AFP

  • La majorité de droite au Sénat est sortie renforcée dimanche des sénatoriales.
  • Le Parti socialiste a plutôt bien résisté après ses cuisantes défaites à la présidentielle et aux législatives.
  • 102 nouveaux élus sur les 171 renouvelables devraient faire leur entrée début octobre.

Contrairement à l’Assemblée nationale, très renouvelée en juin, les élections sénatoriales n’ont pas bouleversé le palais du Luxembourg. « Les grands électeurs ont conforté la majorité sénatoriale », a salué le président du Sénat, Gérard Larcher (LR), promettant « une majorité exigeante et positive ».

>> A lire aussi : Elections sénatoriales: La République en marche ne réussit pas son pari, la droite se renforce

Environ 76.000 « grands électeurs », essentiellement des élus locaux, ont été convoqués pour renouveler 171 des 348 sièges de la Haute assemblée dimanche. Quel âge ont-ils ? Ont-ils déjà été élus et quels sont leurs profils ? 20 Minutes fait le point en quelques chiffres.

  • A peine plus jeune…

Avec 60 ans et 8 mois de moyenne d’âge, le nouveau Sénat est à peine plus jeune qu’après l’élection de 2014, dont la moyenne était de 60 ans et 10 mois. Le benjamin du Palais du Luxembourg reste David Rachline (FN), élu en 2014 dans le Var, qui aura 30 ans en décembre.

>> A lire aussi : VIDEO. Sénatoriales: Au fait, pourquoi les sénateurs sont-ils si vieux?

Le plus jeune élu de 2017 est le socialiste Xavier Lacovelli, âgé de 30 ans, qui a conquis son siège dans les Hauts-de-Seine. Le doyen est Gérard César (LR), 82 ans, élu en 2014 en Gironde, qui s’apprête à abandonner son siège en raison de la loi sur le non-cumul des mandats. Les Républicains ont la moyenne d’âge la plus élevée (62 ans et 2 mois), devant les socialistes (60 ans et 7 mois).

  • Et les femmes ?

Le nombre de sénatrices évolue peu, elles sont désormais 101, soit 29 % des sièges, contre 95. La République en marche ne compte que 14 % de sénatrices, le taux le plus faible devant LR (26 %), l’UDI (29 %) et le PS (31 %).

  • Les retraités en baisse

Les retraités, au nombre de 90, sont toujours les plus représentés, mais en baisse par rapport au précédent hémicycle (105). Les cadres du privé sont désormais un peu plus nombreux (33 contre 22), quasiment au même niveau que les cadres de la fonction publique (34 contre 30). 51 personnes exercent des professions libérales (contre 44), 36 sont enseignants (contre 39).

  • Les « recyclés » à la peine

Sur les 263 candidats « recyclés » qui s’étaient présentés aux législatives de juin, seuls quatre ont été élus : deux candidats LR, un divers droite et un « union de la gauche ».

  • Les sortants en nombre

101 nouveaux venus feront leur entrée au Palais du Luxembourg. 99 sénateurs étaient candidats à leur réélection : 70 ont réussi leur pari, en comptant la ministre MoDem Jacqueline Gourault, dont le siège était vacant depuis deux mois du fait de son entrée au gouvernement, et l’écologiste Esther Benbassa, élue à Paris après avoir été sénatrice du Val-de-Marne. Le président sortant Gérard Larcher (LR) enchaîne avec un cinquième mandat dans les Yvelines. Quatre réélus partent pour un quatrième mandat et 19 pour un troisième.

  • La fin du cumul

A partir du 1er octobre, la loi sur le cumul des mandats interdira à un parlementaire d’exercer une fonction de maire ou d’adjoint au maire, de président ou vice-président de conseil départemental, de conseil régional, d’intercommunalité ou toute autre fonction exécutive locale.

>> A lire aussi : Proportionnelle, non-cumul, renouvellement politique... «Il est à craindre que ces projets tombent à plat»

Sur les 70 sénateurs réélus, 29 exercent au moins une de ces fonctions (dont 19 maires), un cumul auquel ils devront renoncer. Neuf d’entre eux cumulent au moins deux mandats exécutifs en plus de leur mandat parlementaire. Sur les 177 sénateurs non soumis à l’élection dimanche, 101 vont devoir régulariser leur situation : 69 sont maires et près de la moitié exercent au moins deux mandats exécutifs locaux.