Déroute électorale: Le siège des Républicains bientôt mis en vente?

CONSEQUENCES Plusieurs voix haut placées s'élèvent pour...

Laure Gamaury

— 

Le siège des Républicains à Paris (illustration).

Le siège des Républicains à Paris (illustration). — TRISTAN REYNAUD/SIPA

A l’instar de son rival historique, le parti Les Républicains va-t-il vendre son siège parisien du XVe arrondissement après la déroute des dernières élections ? La question se pose sérieusement au sein des cadres du parti, Bernard Accoyer en tête.

« Je ne sais pas si c’est un hasard mais depuis que nous sommes devenus propriétaires de cet endroit, tout est allé de mal en pis. Nicolas Sarkozy a perdu à la présidentielle, on a ensuite eu la guerre Copé-Fillon, puis l’affaire Bygmalion et - cerise sur le gâteau - la déroute de 2017 », a confié vraisemblablement « très las, un baron LR », au Parisien.

Des locaux trop grands ?

Bernard Accoyer, actuel secrétaire général du parti, abonde dans ce sens : « Est-ce bien rationnel d’avoir des locaux aussi grands, surtout dans une période où nous sommes dans l’opposition ? ». Il faut dire que de 130 salariés il y a quelques années, il n’y en a aujourd’hui plus que 75 qui travaillent à plein-temps rue de Vaugirard.

Les locaux acquis en 2010 ont nécessité un an et demi de travaux avant l’installation de l’UMP, devenue depuis Les Républicains, en novembre 2011. Ils s’étalent sur dix étages et 5.500 m2 d’espace dont une salle de conférences de 450 places.

>> A lire aussi : Présidence des Républicains: Le jeune juppéiste Maël de Calan officialise sa candidature

« Il faut explorer toutes les pistes »

Pour Daniel Fasquelle, actuel trésorier du parti et candidat déclaré à la présidence dudit parti, est plus dubitatif. « Il faut explorer toutes les pistes. Mais je ne pense pas que vendre soit à terme la bonne solution. Cela permettrait bien sûr d’éponger une partie de la dette mais il y aurait encore le résiduel à régler. Et puis forcément un loyer à payer pour occuper un nouveau siège ».

Bref, toutes les voix ne sont pas unanimes. Et si Laurent Wauquiez, favori de l’élection interne prévue pour les 10 et 17 décembre, ne s’est pas encore prononcé sur la question, il se pourrait que ce débat émaille la campagne à venir.