VIDEO. «Team building»: Ça vaut quoi ce séminaire de travail des députés La République en marche?

MAUVAIS ELEVES Pendant deux jours, les députés du groupe LREM à l’Assemblée se réunissent près de Paris pour une opération de « team building »…

Thibaut Le Gal

— 

Cédric Villani et d'autres députés LREM à l'Assemblée.

Cédric Villani et d'autres députés LREM à l'Assemblée. — PDN/SIPA

Opération team building pour faire oublier les couacs de l’été. Les députés de  La République en marche se sont retrouvés lundi matin pour deux jours de séminaire de travail, quai d’Aubervilliers, près de Paris. « Le séminaire est consacré à la cohésion du groupe. Les députés se sont rendu compte lors de la session extraordinaire qu’ils ne se connaissaient pas très bien », confie la communication du groupe. « L’idée est de passer du temps ensemble pendant deux jours pour réfléchir au rôle de parlementaire, voir ce qui a marché et moins bien marché, dans une ambiance détendue. »

Coralie Dubost, vice-présidente du groupe LREM, est enthousiaste à la mi-journée : « Je connais bien mes petits camarades de la commission des lois par exemple car on a attaqué notre mandat en travaillant intensément. Mais je connais moins les autres députés. C’est agréable de pouvoir échanger sur nos débuts, les difficultés rencontrées. »

Au programme : coworking, brainstorming, et toutes autres activités en « ing » reprenant, une fois de plus, les codes de l’entreprise. La référence est d’ailleurs revendiquée. « On assume totalement le côté team building », reconnaît dans Le JDD Hervé Bervill, porte-parole du groupe. Un directeur de la communication et plusieurs spécialistes du management collectif ont aussi été recrutés.

Petit jeu musical et apéro convivial

Vers 8 h, les 290 élus inscrits se sont donc rassemblés pour un « accueil café ». A suivi un « petit jeu » musical : en cercle du plus jeune au plus âgé, les députés devaient s’arrêter avec la musique pour répondre à des questions du type : « Qu’est-ce qui nous motive ? » La journée s’est terminée par des ateliers en petits groupes, toujours « dans un état d’esprit très start-up », a tweeté la députée Marie Guévenoux. Un dîner et une soirée en présence des membres du gouvernement devaient clôturer cette première journée.

Le programme idéal d’un team building réussi ? On a posé la question à une spécialiste : Typhanie Lipschitz, directrice commerciale de l’agence spécialisée Team Ideas : « On n’a jamais eu de demande de députés. Mais nous faisons des opérations pour fédérer, créer un esprit d’équipe, lorsque des personnes au sein d’une même entreprise se connaissent mal », assure-t-elle.

  • « Le petit jeu musical ». « Il est important de proposer des animations ludiques, comme une chasse au trésor, où chacun peut participer. Une activité qui casse les barrières, où tout le monde est au même niveau. Le rire est essentiel. Pour les députés comme en entreprise, ça peut faire du bien de lâcher prise ».
  • « L’apéritif de nos territoires ». Chaque député devait apporter une spécialité culinaire de son département : « C’est bien, car chacun ramène quelque chose, un petit bout de chez soi. Il n’y a pas de leaders, tout le monde peut trouver sa place. »
  • « Dîner et soirée ». « Pour ce type d’événements, nous déconseillons de prendre l’option open bar. On préconise une bouteille de vin pour trois ou quatre personnes. Il vaut mieux éviter la surconsommation d’alcool. »

« Il y a toujours eu chez En marche ! cette culture de l’entreprise appliquée à la politique »

Le séminaire reprend donc peu ou prou les codes du monde professionnel. « D’ordinaire, les partis politiques effectuent leur rentrée lors des universités d’été. Mais, dans la communication d’En marche !, il y a toujours eu cette culture de l’entreprise appliquée à la politique », assure Philippe Moreau-Chevrolet, président de MCBG et professeur de communication politique à Sciences Po.

« On assume ici le fait que les députés doivent être formés comme pour n’importe quel autre métier. On est dans le discours du coaching pour fabriquer de meilleurs élus. Cette reprise en main de la communication vise aussi à éviter les couacs de cet été et l’impression d’amateurisme qui en a découlé », poursuit le spécialiste. Et le risque de voir débouler un député trop aviné sur la piste de danse en fin de soirée ? A priori, pas de problème de ce côté-là, confie un proche du groupe : « Ça ne sera pas vraiment une soirée karaoké, mais plus un dîner qui se prolongera dans une ambiance détendue. »