Elections sénatoriales 2017: Cinq candidats à suivre

ELECTION Le président du Sénat, Gérard Larcher, la ministre Jacqueline Gourault... Découvrez cinq candidats à suivre pour les élections sénatoriales qui se tiennent le 24 septembre...

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Cinq sénateurs à suivre pour les élections sénatoriales du 24 septembre 2017. Collage Sipa/20 Minutes

Cinq sénateurs à suivre pour les élections sénatoriales du 24 septembre 2017. Collage Sipa/20 Minutes — 20 Minutes/Sipa

Qui sont les candidats à suivre lors des élections sénatoriales du 24 septembre ? Ministre ou ancien ministre, président du Sénat… Focus sur cinq prétendants à l’un des 170 sièges (sur 348) renouvelés lors de cette élection…

>> Le site du Sénat consacré à ces élections

Gérard Larcher, président LR du Sénat, le 13 juillet 2017 à Paris

 

Gérard Larcher, président du Sénat, candidat Les Républicains dans les Yvelines

Président de la Chambre haute, le sénateur Les Républicains Gérard Larcher est candidat à sa succession. Il ne sera pas le seul membre LR à se présenter, l’ancien député LR Jacques Myard se présentant face à lui. Ancien « bébé Blédine », Gérard Larcher est l’un des rares visages du Sénat connu des Français. Ancien vétérinaire, cet homme de réseaux a le profil typique des sénateurs : il a été maire de Rambouillet (1983-2004 puis 2007-2014), conseiller régional d’Ile-de-France (1985-1992). Elu sénateur des Yvelines en 1986, il a été réélu sans cesse à ce siège. Il s’est seulement éloigné du Sénat pour être ministre de l’Emploi et du Travail entre 2004 et 2007, sous Jacques Chirac. Président du Sénat en 2008, il laisse « le plateau », c’est-à-dire la présidence, au socialiste Jean-Pierre Bel quand la Chambre haute passe à gauche en 2011. Puis le retrouve en 2014 quand la droite reprend le Sénat. Dans cette institution, Gérard Larcher a engagé plusieurs réformes, sanctionnant notamment les sénateurs qui brillent par leurs absences.

Jacqueline Gourault,

Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l’Intérieur, candidate centriste du Loir-et-Cher

Aujourd’hui au gouvernement, Jacqueline Gourault a été investie par La République en marche dans le Loir-et-Cher. Elle n’est pas la seule membre du gouvernement à être candidate aux élections sénatoriales : Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des comptes publics, est candidat sur la liste de La République en marche (LREM) dans le Nord mais en position non éligible. Très proche de François Bayrou depuis plus de trente ans, Jacqueline Gourault est vice-présidente du MoDem. Elle a été nommée au gouvernement après les exfiltrations de François Bayrou, Sylvie Goulard et Marielle de Sarnez pour des soupçons d’emplois fictifs d’assistants parlementaires. Ancienne prof d’histoire-géo, Jacqueline Gourault est, elle aussi, une sénatrice au long parcours d’élue locale. Ancienne conseillère municipale de La Chaussée-Saint-Victor (Loir-et-Cher), elle a été maire de cette commune (1989-2014), conseillère régionale de la région Centre (1992-2001), conseillère générale de Loir-et-Cher (1998-2001). Elue sénatrice en 2001, elle a été nommée vice-présidence de la Haute assemblée en 2014.

>> A lire aussi: Sénat: Une trentaine d'élus s'apprêtent à constituer un groupe En marche!

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, sénateur, le 11 mai 2017 à Paris

 

Pierre Laurent, secrétaire national du Parti communiste français (PCF), candidat à Paris

Les communistes garderont-ils un pied à Paris ? Pierre Laurent, qui a succédé à Marie-Georges Buffet à la tête du parti en 2010, est tête de liste à Paris. Ancien journaliste et rédacteur en chef de L’Humanité, Pierre Laurent a été conseiller régional d’Ile-de-France (2010-2015), et a présidé le Parti de la gauche européenne de 2010 à 2016. Il est devenu sénateur en septembre 2012, après la démission de Nicole Borvo Cohen-Seat.

Le sénateur Alain Richard, ancien ministre de la Défense sous Lionel Jaspin, le 5 avril 2011 à Paris

Alain Richard, ancien ministre socialiste de la Défense, investi LREM dans le Val d’Oise

Quel score peut attendre le mouvement La République en marche (LREM) au Sénat, alors que ces élections reflètent des équilibres déjà en place ? Désormais sous l’étiquette LREM, l’ancien socialiste Alain Richard verra si le pari présidentiel est tenu ou non. Enarque, entré en 1962 au Parti socialiste unifié puis en 1974 au Parti socialiste, Alain Richard est maire de Saint-Ouen-l’Aumône (Val d’Oise) depuis 1977. Député du Val-d’Oise de 1978 à 1993, il a été élu sénateur en 1995. Il a quitté la Haute assemblée pour être ministre de la Défense de 1997 à 2002, lors de la cohabitation sous Jacques Chirac. Alain Richard a retrouvé son siège au Sénat en 2011, où il a assuré la vice-présidence du groupe socialiste. Il a rejoint LREM en juin 2017.

Le sénateur PS Jean-Pierre Sueur, le 4 avril 2013 au Sénat

 

Jean-Pierre Sueur, ancien secrétaire d’Etat, candidat PS dans le Loiret

Même s’il a plein d’amis chez En Marche !, comme il l’a confié à La République du Centre, Jean-Pierre Sueur est resté chez les socialistes qui le soutiennent pour cette élection. Sénateur depuis 2001, sauvera-t-il son siège pour sa dernière élection, comme il l’a confié à nos confrères ? Ancien de Normale Sup’, linguiste, Jean-Pierre Sueur a été proche de Michel Rocard au PS. Député du Loiret de 1981 à 1991, il a été secrétaire d’Etat aux Collectivités territoriales de 1991 à 1993. Maire d’Orléans de 1989 à 2001, il a été élu cette même année au Sénat. Auteur de nombreux rapports, il a présidé la commission des lois de la Chambre haute entre 2011 et 2014.