Affaire Mercier: L'enquête préliminaire élargie à l'éventuelle embauche de sa femme

JUSTICE Son épouse Joëlle aurait aussi été embauchée comme collaboratrice parlementaire de 1995 à 2009…

H. B.

— 

Le sénateur Michel Mercier, au Sénat le 16 mars 2016.

Le sénateur Michel Mercier, au Sénat le 16 mars 2016. — FRANCOIS GUILLOT / AFP

Les ennuis continuent pour Michel Mercier. Le sénateur MoDem du Rhône, déjà visé par une enquête préliminaire concernant l’emploi de ses filles comme assistantes parlementaires, aurait également fait travailler son épouse lorsqu’il était sénateur, révèle ce vendredi Le Parisien.

Les enquêteurs auraient en effet élargi leurs investigations à d’autres membres de sa famille. Le parquet national financier (PNF) souhaite vérifier si son épouse Joëlle a été recrutée comme collaboratrice parlementaire, sur une période encore plus longue, allant de 1995 à 2009, et la nature de ses taches, précise Le Parisien.

Chargée de faire « le lien avec sa terre d’élection dans le Rhône »

Auditionné ce mercredi pendant plus de cinq heures sous le régime de l’audition libre par les enquêteurs de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), le sénateur centriste du Rhône aurait insisté sur le travail effectif réalisé par ses proches. Concernant son épouse, il aurait indiqué aux enquêteurs qu’elle était chargée « de faire le lien avec sa terre d’élection dans le Rhône », précise Le Parisien.

>> A lire aussi : Michel Mercier renonce à intégrer le Conseil constitutionnel

La semaine dernière, Le Canard enchaîné avait révélé que le sénateur MoDem avait employé deux de ses filles, Véronique et Delphine, comme assistantes parlementaires entre 2003 et 2012 pour l’une, 2012 et 2014 pour l’autre. Quelques jours après ces révélations, le parquet national financier avait décidé d’ouvrir une enquête préliminaire pour un éventuel « détournement de fonds publics » concernant le contrat de travail de l’une de ses filles qui occupait dans le même temps d’autres fonctions à Londres.