Pour les députés LR, l'interdiction des emplois familiaux est une «discrimination à l'embauche»

TRANSPARENCE Ils protestent aussi contre la «banque de la démocratie»...

20 Minutes avec AFP

— 

Le siège des Républicains à Paris (illustration).

Le siège des Républicains à Paris (illustration). — TRISTAN REYNAUD/SIPA

Pour eux, c’est toujours non. Le groupe des Républicains à l’Assemblée nationale a décidé jeudi de saisir le Conseil constitutionnel pour faire invalider une partie de la loi sur la moralisation de la vie politique, votée mercredi soir par les parlementaires. Dans le viseur des élus : l’interdiction, pour un député, un sénateur, ou encore un président d’exécutif local d’embaucher un membre de sa famille.

>> Que contient le texte sur la moralisation de la vie politique

Pour le groupe LR, cette interdiction « va créer une discrimination à l’emploi, qui ne se justifie par aucun motif d’intérêt général ». Selon les députés, « la suspicion généralisée, pour être un argument démagogique, n’est cependant pas une justification juridique ». Ils espèrent donc que le Conseil constitutionnel jugera la disposition contraire à la Constitution.

Agacement

Ce recours n’est pas vraiment une surprise. Au moment de l’examen de la loi à l’Assemblée, plusieurs membres de l’opposition s’étaient agacés du possible statut de « Première dame » pour Brigitte Macron, finalement remplacé par une charte. Thierry Mariani (LR) s’était montré particulièrement offensif :

Les élus LR dénoncent par ailleurs l'« imprécision » qui entoure selon eux le projet de création d'une « banque de la démocratie » et soulignent les réserves émises par le Conseil d'Etat sur l'utilité d'une telle structure, « alors que le présent projet de loi crée déjà directement, aux mêmes fins, un médiateur du crédit aux candidats et aux partis politiques ».

>> Lire aussi : Les petits secrets des emplois familiaux des parlementaires