Le gouvernement obtient une large confiance de l'Assemblée, avec 370 pour, 67 contre

POLITIQUE Revivez les événements de la journée politique du 4 juillet...

A.B. avec AFP

— 

Edouard Philippe à l'Assemblée nationale

Edouard Philippe à l'Assemblée nationale — MARTIN BUREAU / AFP

L’ESSENTIEL

  • Le Premier ministre Edouard Philippe a prononcé ce mardi son discours de politique générale devant l’Assemblée nationale, où il a présenté les grands chantiers que mènera son gouvernement.
  • Son intervention intervient au lendemain du discours du président Emmanuel Macron devant le Congrès du Parlement réuni à Versailles. Un événement analysé par certains comme une manière d’éclipser la prise de parole du chef du gouvernement.
  • A l’issue du discours du Premier ministre et de la prise de parole successive des différents présidents de groupes parlementaires, les députés ont voté la confiance au gouvernement.

A LIRE AUSSI : 

20h00 : Ce live est à présent terminé, merci de l'avoir suivi avec nous

19h47 : Qui a voté contre la confiance ?

Au sein du principal groupe « d’opposition », Les Républicains, les trois quarts des 100 députés se sont finalement abstenus.

Outre la totalité des députés République en marche (REM) et MoDem, le Premier ministre a reçu l’appui de 12 « constructifs » LR-UDI et de 3 élus du groupe Nouvelle Gauche (ex-PS).

La France insoumise (LFI), avec ses 17 membres, a été le seul groupe à voter unanimement contre, comme annoncé. Douze des 16 élus du groupe communiste ont aussi voté contre.

Également contre, les huit députés FN, ou encore Nicolas Dupont-Aignan (DLF).

19h46 : Cette confiance n’est pas « un blanc-seing », avertit Philippe

« Je ne prends en aucune façon cette confiance comme un blanc-seing. Je remercie l’ensemble des députés qui l’ont votée, je respecte évidemment ceux qui ne l’ont pas fait », a déclaré dans l’hémicycle le chef du gouvernement (issu de LR), après la proclamation du résultat.

Il a ensuite ajouté devant la presse, venue en nombre pour assister à son discours, dans la salle des Quatre colonnes, être « très heureux d’avoir fait cette déclaration de politique générale » qui a « permis d’expliquer comment le gouvernement entendait conduire son action » et « d’expliquer aux parlementaires la façon dont nous envisagions le travail avec eux ». « Et je suis très heureux qu’à cette occasion, la confiance se soit exprimée un peu au-delà encore des groupes qui constituent la majorité, ce qui me laisse à penser que nous partons sur d’excellentes bases », a ajouté le Premier ministre.

19h34 : Philippe se dit « fier et déterminé »

 

19h03 : Record d’abstention pour ce vote de confiance

Édouard Philippe a obtenu une large confiance de l’Assemblée nationale, profondément renouvelée, avec 370 voix pour, 67 contre et 129 abstentions, selon les résultats annoncés par François de Rugy.

C’est le plus faible nombre de votes contre sur un discours de politique générale depuis 1959, ainsi qu’un record d’abstentions. « Je ne prends en aucune façon cette confiance comme un blanc-seing. Je remercie l’ensemble des députés qui l’ont votée, je respecte évidemment ceux qui ne l’ont pas fait », a déclaré dans l’hémicycle le chef du gouvernement après la proclamation du résultat.

18h55 : Le gouvernement obtient une large confiance de l'Assemblée, avec 370 pour, 67 contre

18h21 : La France Insoumise ne votera pas le soutien au gouvernement

« Nous ne voterons pas le soutien au gouvernement. Vous le saviez. (…) Nous nous présentons comme l’alternative au monde que vous présentez », déclare Jean-Luc Mélenchon, chef du groupe parlementaire de La France Insoumise, devant l’Assemblée.

18h15 : Marine Le Pen dénonce un discours de Philippe « au ras des pâquerettes »

Le discours de politique générale d’Edouard Philippe était « au ras des pâquerettes », au lendemain du « show aérien » du chef de l’Etat Emmanuel Macron au Congrès de Versailles, a dénoncé mardi Marine Le Pen, présidente du FN.

« Autant on a eu un show aérien hier (lundi) avec le président de la République, autant aujourd’hui on était totalement au ras des pâquerettes », a déclaré Marine Le Pen dans les couloirs de l’Assemblée, juste après l’intervention du Premier ministre devant les députés. « Entre les deux, on aurait pu trouver un juste équilibre », selon elle.

18h13 : Restez bien avec nous, le vote de confiance doit avoir lieu à 19h

 

18h12 : Un des moments forts de ce discours, Edouard Philippe hué sur la CSG et le déficit

 

18h09 : Du mal à y voir clair après le discours du Premier ministre ? On vous fait le récap' en cinq points 

>> Santé, fiscalité, justice... Ce qu'il faut retenir du discours d'Edouard Philippe devant l'Assemblée nationale

 

16h52 : « Je voterai contre une telle politique si inefficace et injuste », déclare Nicolas Dupont-Aignan

« Je voterai contre une telle politique si inefficace et injuste », a déclaré Nicolas Dupont-Aignan.

« Je pense que dans six mois les Français seront dans la rue », a ensuite ajouté le président de Debout la France sur BFMTV.

16h50 : « Pas un mot, pas une ligne sur l’insécurité », s’agace Marine Le Pen

« Pas un mot, pas une ligne sur l’insécurité », s’est agacée Marine Le Pen. La députée FN a ensuite parlé « de coup dur » à venir pour les classes populaires. « Il y a eu beaucoup d’annonces qui vont faire frémir les classes populaires : augmentation du prix du tabac, du diesel », a-t-elle poursuivi.

16h46 : Christian Jacob (LR) prend la parole et tacle Edouard Philippe

« J’espère qu’en vous regardant dans la glace, il vous arrive de songer à vos collègues dont votre nomination a contribué à la perte », a déclaré le chef de file des députés LR, qui n’apprécie clairement pas que son ancien camarade LR ait quitté le parti pour rejoindre la majorité présidentielle.

 

16h40 : Richard Ferrand prend la parole dans l’hémicycle

« Nous devons construire de nouvelles solidarités collectives et de nouvelles sécurités individuelles attachées aux parcours, pas aux statuts », a déclaré le chef de file des députés LREM.

 

16h35: Des députés socialistes et LR quittent l'hémicycle après le discours d'Edouard Philippe

Nombre de parlementaires sont sortis de l'hémicycle à l'issue du discours de politique générale d'Edouard Philippe (qui aura duré 1h15), zappant ainsi l'intervention de Richard Ferrand, président du groupe LREM à l'Assemblée.

 

16h32 : Durant son discours, Edouard Philippe a évoqué « d’autres attaques » terroristes dans l’avenir

 

16h30: Plus de vaccins obligatoires et prix du paquet de cigarettes porté « progressivement à 10 euros »

 

16h26 : « Un discours de comptable et de juriste décevant », juge le député LR Guillaume Peltier

 

16h22: Ce sont désormais les présidents des groupes parlementaires qui vont prendre la parole

S'exprimeront:

Richard Ferrand (LRM)

Christian Jacob (LR)

Marc Fesneau (MoDem)

Stéphane Demilly (Constructifs)

Olivier Faure (PS)

Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise)

Sébastien Jumel (PC)

Jacques Bompard (non inscrit)

16h15: Standing ovation pour le Premier ministre

16h13 : Edouard Philippe a fini son discours de politique générale et engagé la responsabilité de son gouvernement

A l’issue de son discours, qui aura duré un peu plus d’une heure, le Premier ministre a engagé la responsabilité de son gouvernement.

« Œuvrons ensemble pour que, à la fin de ce quinquennat, la France atteigne le cap fixé par le président de la République. Travaillons pour que le chômage reflue, que les expatriés reviennent, que le mérite soit respecté, que nos compatriotes vivent mieux. Aucun des défis de la modernité ne doit nous effrayer, a-t-il déclaré. L’espoir qui s’est levé fonde notre responsabilité. C’est à cet espoir que je vous demande d’accorder votre confiance, a-t-il poursuivi. J’ai l’honneur d’engager la responsabilité du gouvernement sur la déclaration présente de politique générale ».

 

16h13 : Edouard Philippe a fini son discours de politique générale et engagé la responsabilité de son gouvernement

A l’issue de son discours, qui aura duré un peu plus d’une heure, le Premier ministre a engagé la responsabilité de son gouvernement.

« Œuvrons ensemble pour que, à la fin de ce quinquennat, la France atteigne le cap fixé par le président de la République. Travaillons pour que le chômage reflue, que les expatriés reviennent, que le mérite soit respecté, que nos compatriotes vivent mieux. Aucun des défis de la modernité ne doit nous effrayer, a-t-il déclaré. L’espoir qui s’est levé fonde notre responsabilité. C’est à cet espoir que je vous demande d’accorder votre confiance, a-t-il poursuivi. J’ai l’honneur d’engager la responsabilité du gouvernement sur la déclaration présente de politique générale ».

16h12 : Edouard Philippe annonce des « états généraux de l’alimentation »

« Les agriculteurs français n’ont pas peur de s’adapter, ils veulent vivre de leur travail, de leur terre, de leurs compétences, a déclaré le Premier ministre. Les Etats généraux de l’alimentation reverront le partage de la valeur dans le modèle agricole. Il n’est pas admissible que des agriculteurs ne puissent pas se verser un revenu décent, vivent sous le seuil de pauvreté, a-t-il poursuivi. Ce n’est pas admissible mais c’est fréquent ».

16h11 : Construction de logements : une loi à l’automne « simplifiera les procédures »

16h10 : « Ceux qui tournent le dos à l’Accord de Paris manifestent plus qu’une simple incompréhension du monde qui vient. Ils ont peur du futur »

 

16h09 : Place à l’écologie

« Nous voulons arriver à la neutralité carbone d’ici 2050, a indiqué Edouard Philippe. Nous n’accorderons plus de permis d’exploration d’hydrocarbure ».

Le Premier ministre a ensuite promis la « division par deux des déchets mis en décharge pour favoriser les déchets recyclés » et le recyclage de « 100 % des plastiques d’ici à 2025 », mais aussi « la convergence de la fiscalité essence-diesel (aura lieu) avant la fin de la mandature ».

Puis Edouard Philippe a promis que « la montée en puissance de la fiscalité carbone sera accélérée ».

 

16h04 : Edouard Philippe annonce un report à 2019 de la réforme de l’impôt sur la fortune

Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé mardi un report à 2019 de la réforme de l’impôt sur la fortune (ISF), destinée à encourager l’investissement dans les entreprises et jusque-là annoncée pour 2018.

La réforme, qui prévoit de recentrer l’ISF sur le seul patrimoine immobilier, « sera votée dès cette année, dans la loi de finances pour 2018, et entrera en vigueur en 2019 », a déclaré le chef du gouvernement lors de son discours de politique générale à l’Assemblée nationale.

16h03 : Suppression du RSI

Le RSI sera « supprimé et adossé au régime général », a confirmé Edouard Philippe.

 

16h02 : Report à 2019 de la transformation du CICE en allégement de charges

Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé mardi que le Crédit d’impôt compétitivité emploi (CICE) serait transformé en allégement de charges en 2019, soit un an plus tard que prévu.

« Le CICE sera transformé en un allégement de charges, qui seront nulles au niveau du Smic », a-t-il déclaré lors de son discours de politique générale devant l’Assemblée nationale. « La réforme entrera en vigueur au 1er janvier 2019 », a-t-il précisé.

15h55 : Edouard Philippe promet une Sécurité sociale « à l’équilibre à l’horizon 2020 »

 

15h52 : Edouard Philippe promet de « faire baisser la pression fiscale d’un point de PIB sur 5 ans »

« Les prélèvements obligatoires baisseront de 20 milliards d’euros d’ici 2022 », promet Édouard Philippe, qui s’est engagé à « faire baisser la pression fiscale d’un point de PIB en cinq ans ». « La France ne peut demeurer la championne des impôts et dépenses publiques », a-t-il indiqué.

15h51 : Suppression dès 2018 des cotisations salariales et hausse de la CSG

Le Premier ministre Edouard Philippe a confirmé mardi la suppression dès 2018 des cotisations salariales, compensée par une hausse de 1,7 point de la Contribution sociale généralisée (CSG).

« La suppression des cotisations salariales sur l’assurance maladie et l’assurance chômage, financée par un transfert sur la CSG, redonnera dès 2018 du pouvoir d’achat à plus de 20 millions d’actifs. Cela représente 250 euros par an au niveau du SMIC », a-t-il déclaré lors de sa déclaration de politique générale à l’Assemblée, déclenchant de vifs applaudissements.

 

15h50 : Le Premier ministre aborde la réforme du Code du travail

« Aujourd’hui que cette égalité » que nous défendons « est malmenée », a déclaré Edouard Philippe. « Le Code du travail est le même pour tous, mais pas le niveau de protection ». « Voilà pourquoi nous voulons rénover notre modèle social, pour qu’il accompagne celui qui veut prendre un risque, au lieu qu’il accompagne celui qui est déjà installé ».

Le premier ministre, rappelle que l'heure est à la concertation, a fixé quatre axes majeurs pour cette réforme : « renforcer le dialogue social », « redonner du pouvoir d’achat aux actifs », « sécuriser les parcours professionnels » et « rendre notre système de retraites plus juste et plus lisible ».

Il a ensuite indiqué que la prime d’activité sera augmentée « car le message est clair : le travail doit payer ».

15h45 : Bientôt le retour du service national ?

Le premier ministre a ensuite parlé du service national, promesse d’Emmanuel Macron. Il y aura une « réflexion sur les formes qu’il prendra avant la fin de l’année 2017 », a indiqué le chef du gouvernement.

« Notre jeunesse a soif de cause. (…) La jeunesse veut s’élever. Le front aujourd’hui est social, environnemental et mondial. Il appelle la mobilisation de la jeunesse pour construire, partager. Préparer nos enfants à ce monde qui vient, à cette France que nous voulons grande et belle », a-t-il ajouté.

 

15h43 : Edouard Philippe promet un bac réformé pour 2021

Le Premier ministre Edouard Philippe a promis mardi de faire « profondément évoluer » le baccalauréat avec une mise en œuvre complète pour 2021.

« Une concertation sera lancée dès la rentrée prochaine, pour resserrer les épreuves finales autour d’un plus petit nombre de matières et définir ce qui relève du contrôle continu », a-t-il dit dans sa déclaration de politique générale. La concertation aboutira « avant septembre 2018, pour une mise en œuvre complète de cette réforme pour le bac 2021 ».

 

15h40 : « Le gouvernement présentera des mesures la semaine prochaine » sur la question migratoire

La « pression (migratoire) ne faiblira pas », prédit le Premier ministre, « les conflits et l’insécurité au Moyen-Orient et en Afrique, les risques liés au climat, les réseaux qui prospèrent, tout contribue à l’alimenter ». « La France a été incapable de remplir ses obligations morales et juridiques. (…) Le gouvernement présentera des mesures la semaine prochaine qui répondront à trois exigences : exigence de dignité pour que la France honore sa tradition d’accueil des députés, exigence d’efficacité pour réduire les délais moyens d’instruction demande d’asile de 14 à 6 mois, une exigence de solidarité avec nos partenaires européens », a-t-il déclaré.
« Accueillir, oui. Aider, oui évidemment. Subir, non, jamais » a-t-il poursuivi.

15h39 : Fin de l’état d’urgence « au plus tard le 1er novembre prochain »

Le Premier ministre a confirmé la fin de l’état d’urgence « au plus tard le 1er novembre prochain ».

15h38 : « Il y aura d’autres attaques », déclare Edouard Philippe

"Je préfère vous le dire tout de suite : il y aura d’autres attaques, d’autres drames d’autres vies touchées, a déclaré le Premier ministre. Nous ne nous y habituerons jamais, nous ne baisserons jamais la garde. Nous lutterons contre le terrorisme avec la plus extrême dureté, sans renier ce que nous sommes, un Etat de droit, et qui plus est, la République française.

15h37 : Edouard Philippe parle du terrorisme

« Face au danger, les Français n’ont pas voulu changer leurs habitudes, encore moins renoncer à leur mode de vie », a déclaré le Premier ministre.

« Je veux rendre hommage aux policiers, gendarmes, militaires qui doivent apprendre à vivre avec leur douleur, à ceux qui combattent au Sahel et au Levant et à tous les soldats de l’ombre, tombés au service de notre liberté, a-t-il ajouté. Nous leur donnerons les moyens de nous défendre ».


« Une loi de programmation militaire sera adoptée dès 2018 », a ensuite annoncé Edouard Philippe.

15h36 : Edouard Philippe promet l’accès au très haut débit « d’ici 2022 partout en France »

Le Premier ministre Édouard Philippe a promis mardi de garantir l’accès au très haut débit partout en France « au plus tard d’ici 2022 », lors de sa déclaration de politique générale devant l’Assemblée nationale.

Le gouvernement proposera « un pacte pour les collectivités » lors de la première Conférence des territoires mi-juillet. Il s’agit, a dit M. Philippe, de les accompagner notamment dans la transition numérique « en garantissant un accès au très haut débit au plus tard d’ici 2022 partout en France ».

15h33 : La réforme de la taxe d’habitation se fera « d’ici la fin du quinquennat », annonce Edouard Philippe

La réforme de la taxe d’habitation, promise par Emmanuel Macron, sera mise en œuvre « d’ici la fin du quinquennat », a annoncé mardi le Premier ministre Edouard Philippe dans son discours de politique générale.

Le gouvernement engagera « la concertation sur la réforme de la taxe d’habitation qui doit contribuer d’ici la fin du quinquennat à rendre du pouvoir d’achat à l’immense majorité de nos concitoyens », a déclaré Edouard Philippe, repoussant ainsi l’entrée en vigueur de cette mesure phare du candidat Macron.

15h33 : La réforme de la taxe d’habitation se fera « d’ici la fin du quinquennat », annonce Edouard Philippe

La réforme de la taxe d’habitation, promise par Emmanuel Macron, sera mise en œuvre « d’ici la fin du quinquennat », a annoncé mardi le Premier ministre Edouard Philippe dans son discours de politique générale.

Le gouvernement engagera « la concertation sur la réforme de la taxe d’habitation qui doit contribuer d’ici la fin du quinquennat à rendre du pouvoir d’achat à l’immense majorité de nos concitoyens », a déclaré M. Philippe, repoussant ainsi l’entrée en vigueur de cette mesure phare du candidat Macron.

15h28 : Le Premier ministre s’engage à améliorer le congé maternité et l'accompagnement des personnes en situation de handicap

« La ministre de la santé présentera des mesures améliorant le congé maternité et les solutions de garde d’enfant », a annoncé Edouard Philippe, une « mesure qui s’inscrit dans la grande cause pour l’égalité entre les hommes et les femmes ».

Le Premier ministre entend également faire de l’accompagnement des personnes en situation de handicap une « priorité ». « Un enfant handicapé c’est pas simplement une histoire d’argent. Une entreprise ou une collectivité qui embauche plutôt que de payer une taxe c’est une communauté de travail plus forte et motivée », a-t-il indiqué, même si « les moyens ne pourront pas être illimités ».

15h26 : « Les vaccins unanimement recommandés deviendront obligatoire pour la petite enfance », annonce Edouard Philippe

15h25: Edouard Philippe annonce une revalorisation de l’allocation adulte handicapé et minimum vieillesse prévue « dès 2018 ».

15h23 : Lunettes, soins dentaires et aides auditives « sans reste à charge » d’ici à 2022

Tous ces soins médicaux seront entièrement pris en charge d’ici 2022, a déclaré le Premier ministre.

15h22 : Le paquet de cigarettes porté « progressivement à 10 euros »

Pour lutter contre le tabagisme et ses effets nocifs pour la santé, le Premier ministre a annoncé que le prix du paquet de cigarettes sera porté « progressivement à 10 euros ».

15h21 : Edouard Philippe annonce « une réforme de la justice forte »

Le gouvernement lancera une loi quinquennale de programmation des moyens de la justice et ce « dès 2018 », a annoncé Edouard Philippe. « Cette loi permettra à la Garde des sceaux d’engager un vaste mouvement de dématérialisation, de simplification et de réorganisation », a-t-il ajouté. « Si elle est lente, lointaine ou inégalitaire, la confiance se trouve fragilisée », estime-t-il.

15h17 : « Le président de la République nous a montré le cap », déclare Edouard Philippe

Edouard Philippe a consacré quelques mots au chef de l’Etat, Emmanuel Macron, qui « durant la campagne et hier encore nous a montré le cap ». « J’en suis heureux, a-t-il poursuivi. C’est bien souvent d’un cap que nous avons manqué ».

Le gouvernement aura « trois priorités » : « Dire la vérité, travailler avec tous ceux de bonne volonté, obtenir des résultats concrets ». « Ce cap est clair, a-t-il continué. Il doit être tenu. »

15h16: Edouard Philippe parle de la loi de moralisation

«Sous la pression souvent mais de façon très nette, les règles de financement de partis sont plus strictes, assumons ces progrès», a déclaré Edouard Philippe. «Nous ne devons jamais discréditer ceux qui ont fait le choix honorable de consacrer une partie de leur vie à la chose publique. Nous lancerons dans l'année les réformes indispensables à la modernisation de la vie publique.»

15h15 : Edouard Philippe cite Chaban-Delmas et Rocard

« J’ai relu tous les déclarations de politique générale de mes prédécesseurs », déclare-t-il avant de citer Chaban-Delmas et Rocard, « deux personnalités éminentes, deux hommes d’Etat qui ont incarné le gaullisme et la social-démocratie. »

15h08 : « Je vois des matheux », tacle Edouard Philippe

"Je vois même des matheux qui par leur talent et leur travail constituent une fierté pour votre Assemblée, une fierté pour la France. Je vois une Assemblée renouvelée, féminisée qui ressemble à la France".

Un clin d’oeil à Jean-Luc Mélenchon qui a fait rire (jaune) l’intéressé.

15h07 : « Je suis et je reste toujours optimiste », déclare Edouard Philippe

« Malgré un destin difficile, je suis, je reste toujours optimiste, la vie m’a appris qu’avec le temps, le progrès l’emportait toujours », déclare le Premier ministre en ouverture de son discours de politique générale, citant les mots de Simone Veil.

15h06: Le Premier ministre débute son discours devant l'Assemblée

15h05: François De Rugy donne la parole au Premier ministre

Il prendra la parole pendant une heure.

 

15h03: C'est l'heure de la photo

Juste avant le début du discours du Premier ministre, l'instant est immortalisé par une photo panoramique. Pour l'occasion, Jean-Luc Mélenchon a mis une cravate.

 

14h59 : Les députés LR ne voteront pas la confiance, assure le député Guillaume Peltier

Interrogé dans la salle des Quatre colonnes, le député LR Guillaume Peltier a assuré que « nous ne voterons pas la confiance au Premier ministre ».

 

14h55: Le programme de cet après-midi à l'Assemblée

 

14h52: Edouard Philippe est arrivé à l'Assemblée nationale

Le Premier ministre, tout sourire, vient d'arrivée à l'Assemblée nationale.

Il est arrivé par cette porte-là, accueilli par de nombreux journalistes.

 

14h51: Accusé d'être la marionnette d'Emmanuel Macron, le Premier ministre préfère en rire

Edouard Philippe a fait la démonstration de son sens de l'humour. 

>> Lire notre article par ici

14h45: Le discours de la méthode pour Edouard Philippe

Au lendemain du discours présidentiel devant le Congrès du Parlement convoqué à Versailles par le chef de l'Etat, c'est au tour du chef de gouvernement de pronnoncer ce mardi son discours de politique générale à l'Assemblée nationale.