Législatives: François Fillon envoie un message de soutien (qui passe mal) aux candidats républicains

LIVE Revivez cette dernière journée de campagne d’entre-deux-tours en direct avec nous…

Fabrice Pouliquen

— 

Le président Emmanuel Macron devrait obtenir une forte majorité à l'Assemblée nationale avec 70 à 78% des députés de La République en marche

Le président Emmanuel Macron devrait obtenir une forte majorité à l'Assemblée nationale avec 70 à 78% des députés de La République en marche — Christophe Petit Tesson / POOL / AFP

L’ESSENTIEL

  • Le parti d’Emmanuel Macron est arrivé nettement en tête du premier tour avec 32,3 % des voix. Il pourrait obtenir entre 400 et 455 sièges sur les 577 de l’Assemblée nationale.
  • LR-UDI obtient 21,5 %, le FN 13,2 % et La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon 11 %. Le PS s’effondre et obtiendrait entre 15 et 40 sièges avec ses alliés.
  • La République en Marche remporterait une très large majorité dimanche au second tour des élections législatives, selon un sondage Harris interactive-Indeed publié jeudi.

A LIRE AUSSI

>> A lire aussi : Marlène Schiappa crée la polémique en refusant de participer à un débat

>> A lire aussi : Après son agression, NKM reçoit de nombreux messages de soutien

 

23h00: Ce live est terminé

Allez, plus que deux jours jusqu'à dimanche, bonne nuit à tous.

17h30 : Un séminaire de travail pour les candidats novices de la République en marcheur

Avec cette vague Macron qui emporte ces élections législatives, le Palais-Bourbon pourrait être essentiellement composé de novices en politique.

Du coup, la République en marche compte organiser un séminaire de travail pour les nouveaux venus le week-end du 24-25 juin, indique l’AFP. “Beaucoup de nos futurs élus ne sont pas des professionnels de la politique, mais ils ne sont pas incompétents pour autant”, assure-t-on à la République en marche.

Ce séminaire de rentrée ne sera pas « du + teambuilding + (construction d’esprit d’équipe, ndlr) ou de la formation à faire la loi, qui s’acquiert vite », assure-t-on en interne, mais « un travail collectif sur le rôle du député En Marche !, ses missions et valeurs ».

16h30 : No stress, Ruffin jouera un match de foot le jour du second tour

On en sait un peu plus sur le programme de François Ruffin dimanche prochain, jour du second tour de ces élections législatives. Le réalisateur de Mecri Patron !, candidat dans la première circonscription de la Somme, tentera d’oublier le stress de cette journée électorale avec un match de foot. Libération raconte ainsi que François Ruffin disputera la finale du championnat vétéran de la Somme avec sp, cmib de l’Olympique amiénois.

« Je suis milieu droit, mais écris que je suis aillier gauche », indique-t-il, malicieux, au journaliste de Libé.

15h40 : Nicolas Dupont-Aignan mise sur les électeurs de Jean-Luc Mélenchon pour se sauver la face

Nicolas Dupont-Aignan n’est jamais sans imagination quand il s’agit d’établir des alliances et ententes politiques. Le candidat de Debout La France est en mauvaise posture dans la huitième circonscription de l’Essonne où il traîne comme un boulet son alliance avec Marine Le Pen dans l’entre-deux-tours de la dernière présidentielle.

Nicolas Dupont-Aignan n’a toutefois pas perdu l’espoir de rattraper son retard sur Antoine Pavamani, le candidat de la République en marche, arrivé largement en tête l’issue du premier tour. Au micro de franceinfo, ce vendredi, il a ainsi expliqué le scénario qui allait le mener à la victoire : « C’est là qu’il va y avoir une grande surprise dans cette circonscription. Ce sont les électeurs de Mélenchon qui vont me sauver. »

Rappelons toutefois que Jean-Luc Mélenchon n’a pas donné de consigne de vote pour le second tour, si ce n’est de soutenir ses candidats, les communistes et les socialistes frondeurs. Et même si la prophétie de Nicolas Dupont-Aignan se réalisait, le compte n’y serait pas, rappelle le Lab d’Europe 1.

15h: Vous n’irez pas voter dimanche (et ce n’est pourtant pas votre habitude) ?

Dimanche, plus de 53 % des Français pourraient bouder les urnes lors du second tour des législatives. Vous faites partie des futurs abstentionnistes ? Envoyez-nous votre témoignage à contribution@20minutes.fr 

 

14h42 : Dans la 18e circo de Paris, la bataille pour le tampon En marche tourne au ridicule

Il n’y avait pas de candidat de la République en marche dans la 18e circonscription de Paris et le mouvement d’Emmanuel Macron n’a apporté de soutien officiel à aucun des candidats. Si bien que la socialiste Myriam El Khomri, ex-ministre du Travail, et le Républicain Pierre-Yves Bournazel, tous deux en lice pour le second tour, revendiquent tous deux le soutien du nouveau président de la République. Au point que parfois ça tourne au ridicule, observe sur Twitter l’historien Christian Delporte.

 

14h27 : Alain Marsaud envoie un message cinglant en réponse au sms de soutien de Fillon

Le « J’enrage de ne pas pouvoir vous aider » envoyé en guise de soutien aux candidats Les Républicains par François Fillon, n’a pas été apprécié de tous. Alain Marsaud, ex-député UMP de la Haute-Vienne, député sortant LR de la 10e circonscription des Français de l’étranger, a ainsi répondu de manière cinglante sur le WhatsApp des parlementaires, rapporte le Nouvel Obs.

«J’espère que vous êtes tous conscients que nous appartenons à une espèce en voie de disparition qui aura quitté le paysage le 18 juin. Remercions nos chefs de tout poil qui, pour leurs ambitions personnelles, nous ont assassinés. Qu’ils n’espèrent rien. Ils seront aussi dans le corbillard.»

14h23 : Qui a dit : « Je vous lis et je pense très fort à chacun d’entre vous »

François Fillon en aurait fini avec la politique veut faire croire son entourage. Mais visiblement, le candidat de la droite et du centre à la dernière présidentielle suit de très près les législatives, rapporte le Nouvel Obs ce vendredi.

François Fillons a en effet envoyé un petit message de soutien à ses camarades Les Républicains encore en lice au second tour. « Je vous lis et je pense très fort à chacun d’entre vous. J’enrage de ne pas pouvoir vous aider. Je souhaite de tout mon cœur que vos efforts soient couronnés de succès », a-t-il ainsi écrit.

13h15: Nathalie Kosciusko-Morizet est sortie de l'hôpital

« Je remercie le Premier ministre et le président de la République qui m'a envoyé un message », a déclaré NKM à sa sortie. Elle a souffert d'un traumatisme cranien et est remplacée par sa suppléante pour ce dernier jour de campagne.

12h58: La Corse en passe d’élire un premier candidat nationaliste…

La «vague Macron» qui a déferlé sur l'Hexagone n'a pas touché les quatre circonscriptions de la Corse dimanche dernier. Seuls deux candidats de la République en marche (REM) seront présents au second tour des législatives dimanche, contre trois nationalistes et trois Les Républicains.

Dans la 2e circonscription de Haute-Corse, Jean-Félix Acquaviva est même en position favorable pour remporter le second tour. Le candidat nationaliste de « Pé a Corsica » a fait plus de 36% au premier tour des législatives, distançant nettement son adversaire Francis GIUDICI (REM), qui a obtenu 23,41 % des suffrages exprimés. Les Corses pourraient ainsi envoyer ce dimanche, pour la première fois, un député nationaliste à l’Assemblée.

12h29: Un deuxième dessin de presse avant de filer manger

L'oeil de Willem, à retrouver dans Libération, invite à partir à la chasse aux abstentionnistes.

 

12h18 : Un report de voix qui profitera à La République en marche?

C’est une des incertitudes qui restent encore concernant ces législatives. De quelle ampleur sera la vague Macron ? Avec 32,3 % des voix le 11 juin, La République en Marche, alliée au MoDem, est en passe de l’emporter dans 400 à 470 circonscriptions sur 577, selon les projections des instituts de sondage.

Et la position centrale de la formation d’Emmanuel Macron lui permet en outre d’espérer des reports de voix de candidats de droite comme de gauche éliminés au premier tour.

Emmanuel Rivière de Kantar Sofres tempère tout de même : «Il peut y avoir un correctif entre les deux tours, que les électeurs se disent qu’une fois que la majorité semble acquise pour Emmanuel Macron, ce n’est pas la peine d’en faire trop.»

Selon un sondage Elabe diffusé jeudi, six Français sur dix (61 %) souhaitent en effet que le second tour «rectifie le premier avec une majorité moins importante qu’attendue».

12h03 : Si Jean-Marie Le Pen se présente au bureau politique du FN, « les grilles seront fermées »

Le secrétaire général du Front national Nicolas Bay a indiqué vendredi que si Jean-Marie Le Pen se présentait au bureau politique du parti le 20 juin comme il en a l’intention, « les grilles seront fermées ».

Jean-Marie Le Pen, exclu du FN en août 2015 mais rétabli comme président d’honneur du parti par une décision de justice à l’automne, avait précisé à l’AFP mercredi attendre « pour l’instant une convocation officielle que je n’ai pas encore reçue » pour assister au bureau politique prévu le 20 juin par le FN, le premier depuis de nombreux mois. « Jean-Marie Le Pen ne fait plus partie du Front national, il en a été exclu il y a deux ans, et la justice a reconnu la validité de cette exclusion », a affirmé Nicolas Bay sur Radio Classique.

11h44 : Dans le Rhône, pourquoi donc la candidate REM Anissa Khedher ne veut pas débattre

Plusieurs candidats de la République en marche ont refusé tout débat avec leur adversaire dans l’entre-deux-tours de ces élections législatives. C’est le cas de Pierre Person dans la sixième circonscription de Paris où il est opposé à Danielle Simonnet, candidate de la France Insoumise.

C’est le cas aussi dans la septième circonscription du Rhône, où Anissa Khedher (REM)

a obtenu un score de 32,08 % des voix dimanche dernier, devançant nettement son challenger, Alexandre Vincendet, candidat des Républicains (21,81 %). Dans un communiqué, publié par Lyon Mag, elle explique son choix. « C’est hélas devenu une habitude, des adversaires colportent des ragots, diffament, cherchent à me calomnier en me qualifiant d’incompétente, en me prétendant inexpérimentée et même soumise (…). Alors oui, je ne peux pas accepter un débat télévisé où je sais d’avance que mes arguments feront place à l’invective, où la diffamation empêchera tout échange comme le laissent très bien imaginer certains documents actuellement diffusés ».

Anissa Khedher fait référence à une vidéo virale la concernant la montrant peu à l’aise lors d’un débat à la télé locale TLM. Candidate de la République en marche elle aussi, Fabienne Colboc, au deuxième tour dans la quatrième circonscription d’Indre-et-Loire, avait aussi connu pareil mésaventure en étant la risée d’un montage de ses interventions à un débat télévisé sur France 3.

11h11 : Qui sont ces candidats qui ont récolté zéro voix au premier tour ?

Le Monde a recensé 99 candidats sur les 7.882 qui se sont présentés qui n’ont obtenu aucune voix, pas même la leur, au premier tour des législatives. Dont 33 divers, 31 candidats divers droite et 10 écologistes. Le Monde vous en dit plus sur le profil de ces candidats.

 

11h08 : Carvounas (PS) souhaite un « intergroupe » de gauche dans la future Assemblée

Luc Carvounas, porte-parole du PS pour la campagne des élections législatives, s’est prononcé pour la formation d’un « intergroupe » des formations de gauche dans la future Assemblée nationale, mêlant notamment socialistes et députés de La France insoumise.

« Si je suis élu député, je lancerai un appel à tous les députés de gauche pour que nous siégions dans un intergroupe », a déclaré sur franceinfo, le maire d’Alfortville, qualifié pour le second tour dans la neuvième circonscription du Val-de-Marne.

« Il faudra qu’on travaille, qu’on retrouve le chemin du dialogue ». « Si je suis cette voix à l’Assemblée nationale, je mettrai tout en œuvre, toute mon énergie pour rassembler un maximum de sensibilités pour que la gauche française se reconstruise »

10h50 : Bernard Debré s’attaque à la loi dite de moralisation de François Bayrou

Bernard Debré, député sortant Les Républicains de la 4e circonscription de Paris, ne s’est pas représenté aux législatives cette fois-ci. Il n’en reste pas moins soucieux du sort des prochains députés. Il s’est ainsi attaqué la loi que prépare François Bayrou sur la moralisation de la vie politique sur le plateau de la matinale de LCP. Ayant compris à tort que le texte interdisait aux députés d’avoir une activité professionnelle, il a alors lancé : « Vous me voyez reprendre mon métier de chirurgien au bout de 15 ans d’arrêt ? Mais je vais tuer tout le monde ! » « Il faut que les députés soient issus de la société civile ! Il faut qu’ils aient un métier, et il faut qu’ils l’exercent pendant qu’ils sont députés ! »

En réalité, le projet de loi prévoit que les élus pourront continuer à exercer une activité professionnelle. « Mais si le vote d’une loi les concerne directement […] ils devront se signaler et s’abstenir de voter cette même loi », rappelle France 2.

 

10h31 : Une large majorité En Marche à l’Assemblée nationale perçue comme une mauvaise chose

Toujours selon le sondage Odoxa pour franceinfo, 6 Français sur 10 estiment qu’une large majorité En Marche à l’Assemblée nationale serait une mauvaise chose, étant donné que le mouvement n’a recueilli qu’un tiers des votes au premier tour des élections législatives.

7 Français sur 10 sont favorables à une élection des députés à la proportionnelle. « Si cette adhésion à la proportionnelle n’est pas nouvelle -ils étaient déjà 62 % à y être favorables en avril 2015- elle s’est considérablement renforcée depuis l’élection d’Emmanuel Macron et son triomphe annoncé mais non souhaité dans une telle ampleur pour les législatives », note l’institut de sondage.

10h20: Vers une abstention massive au second tour ?

Avec 53%, l'abstention devrait battre un nouveau record lors du second tour des élections législatives selon un sondage Odoxa pour franceinfo, publié vendredi 16 juin. Il s’agirait alors d’un record pouru ne élection présidentielle ou législatives sous la Ve république.

Selon le sondage, dans le détail, 48% des sympathisants de gauche comptent s'abstenir, 35% des sympathisants de droite hors FN, 61% des sympathisants FN et 35% des sympathisants d'En Marche. 

9h51 : Un petit dessin de presse pour bien commencer la journée

Celui-là est drôle. Il est l'oeuvre du dessinateur de presseWingz

 

9h43 : Julien Dray : « Si on vend Solférino et qu’on change de nom, on n’existe plus pour les électeurs »

Sur RMC ce matin, Julien Dray a été interrogé sur l’avenir du PS. « Je ne pense pas qu’il faille changer de nom, lance-t-il. Actuellement, je pense qu’il faut se calmer. Si on vend Solférino et qu’on change de nom, on n’existe plus pour les électeurs. Moi, à ce stade, je considère que, d’abord, on débat des idées, si on commence par les personnes [sur qui pour diriger le parti après les législatives], on ne va pas s’en sortir.


 

9h30 : Mélenchon n'est «pas venu à Marseille pour être candidat à la mairie»

Le chef de file de la France insoumise, engagé à Marseille dans ces législatives, a précisé les raisons de sa présence à Marseille au micro d’Europe 1 ce vendredi. Interrogé sur une éventuelle candidature à la mairie de Marseille, Jean-Luc Mélenchon a évacué cette hypothèse. Il a assuré qu’il n'était «pas venu à Marseille pour être candidat à la mairie de Marseille», mais pour être un «tribun du peuple marseillais qui parle au pays».