Sénat: Une trentaine d'élus s'apprêtent à constituer un groupe En marche!

RECOMPOSITION POLITIQUE Quelques dizaines de sénateurs devraient bientôt annoncer la constitution d’un groupe pour soutenir l’action d’Emmanuel Macron. Les tractations sont toujours en cours…

D. D.

— 

Le palais du Luxembourg, où siège le Sénat

Le palais du Luxembourg, où siège le Sénat — LIONEL BONAVENTURE / AFP

La vague En marche ! s’apprête-t-elle aussi à déferler sur le Sénat ? Une trentaine de parlementaires du palais du Luxembourg se prépareraient en tout cas à annoncer la constitution d’un groupe destiné à soutenir Emmanuel Macron, selon les informations de franceinfo.

Unis par la même peur de se faire balayer en septembre

C’est l’ancien socialiste François Patriat qui serait chargé de recruter les membres de ce futur groupe macron-compatible. « Le groupe est en préparation, mais c’est un peu le "bordel" », explique une source au Sénat au site d’information. « Il faut aller chercher les mecs un par un et certains, qui craignent pour leur réélection, attendent de voir ce qu’il va se passer. »

>> A lire aussi : Législatives: La République en marche triomphe, ses concurrents coulent

Car, rappelons-le, aucuns des sénateurs actuellement en poste n’a été élu avec l’étiquette En marche ! Et pour cause, les dernières sénatoriales se sont tenues en septembre 2014, le mouvement qui pourrait revendiquer plus de 400 députés dans la nouvelle législature n’ayant été créé qu’en 2016. Ce groupe parlementaire serait constitué d’une majorité de centristes et de quelques socialistes. Unis par la même peur : se faire balayer par des candidats soutenus par le président de la République en septembre prochain lors des élections sénatoriales.

« Ils disent qu’ils veulent voter tous les textes »

Interrogé par franceinfo, le chef de file des sénateurs socialistes, Didier Guillaume, confirme qu’il en discute avec ses collègues : « Ils disent qu’ils veulent voter tous les textes. Moi je leur réponds que le rôle d’un parlementaire, c’est peut-être de tout voter, mais c’est surtout de tout amender ! » En ligne de mire : les parlementaires du groupe UDI qui devrait venir renforcer les troupes de ce nouveau groupe. Mais la partie n’est pas jouée d’avance, selon le sénateur Michel Mercier : « Une bonne partie des sénateurs veulent entrer dans la majorité présidentielle, mais à ma connaissance, personne ne souhaite entrer dans un groupe En marche ! » Les sénateurs concernés devraient communiquer sur leur initiative après les législatives.