Mélenchon prédit que Nicolas Hulot quittera le gouvernement «dans six mois»

POLITIQUE Nicolas Hulot « est un écologiste, ce qui n’est pas le cas du Premier ministre qui est un nucléariste », estime l’ancien candidat de La France insoumise…

20 Minutes avec AFP

— 

Le leader de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, à Paris, le 1er mai 2017.

Le leader de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, à Paris, le 1er mai 2017. — Thomas SAMSON / AFP

  • Jean-Luc Mélenchon affirme que Nicolas Hulot quittera le gouvernement «dans six mois».
  •  Le gouvernement, dit-il, « ne comprend pas » l'écologie.

Jean-Luc Mélenchon a prédit dimanche que Nicolas Hulot quitterait « dans six mois » son poste de ministre de la Transition écologique et solidaire d’un gouvernement qui ne comprend « à peu près rien » à l’écologie, a affirmé dimanche le leader de La France insoumise sur France 3.

>> A lire aussi : Gouvernement. «La présence de Nicolas Hulot est un crève-cœur» pour Jean-Luc Mélenchon

Nicolas Hulot « est un écologiste, ce qui n’est pas le cas du Premier ministre qui est un nucléariste, ce n’est pas le cas de la plupart des ministres qui sont là-dedans et qui ne comprennent à peu près rien aux enjeux du changement climatique et du reste », a ajouté Jean-Luc Mélenchon. Pour lui, le gouvernement dirigé par Edouard Philippe, venu des Républicains et qui fut directeur des affaires publiques d’Areva de 2007 à 2010, « n’a rien d’écologiste et ne comprend pas de quoi il s’agit ».

« L’avenir verra si je me trompe »

« Le président de la République a été habile, il est tombé sur un Nicolas Hulot qui était à un moment de sa vie où il avait envie de changer de régime, d’entrer dans le concret, mais je crois que Nicolas Hulot ne mesure pas ce que sont les rapports de force politiques », a-t-il dit. L’ancien présentateur d’Ushuaïa, dont c’est la première expérience gouvernementale, s’était déclaré vendredi « certain de trouver un point de rencontre » avec Edouard Philippe, malgré des « divergences ».

>> A lire aussi : Notre-Dame-des-Landes. La nomination de l'opposant Hulot donnera-t-elle un coup d’arrêt au projet?

Face aux critiques de personnalités de gauche, il avait répondu : « Les divergences que l’on voit ne sont pas si importantes que ça, en tout cas à ce stade. L’avenir verra si je me trompe. Il y a un chemin commun. »